EducationSpecialisee.fr

La revue de presse d'educationspecialisee.fr


Revue de presse 19 juillet 2024 - Revue de presse 12 juillet 2024 - Revue de presse 5 juillet 2024 - Revue de presse 28 juin 2024 - Revue de presse 21 juin 2024 - Revue de presse 14 juin 2024 - Revue de presse 6 juin 2024 - Revue de presse 29 mai 2024 - Revue de presse 22 mai 2024 - Revue de presse 14 mai 2024 - Revue de presse 8 mai 2024 - Revue de presse 30 avril 2024 - Revue de presse 23 avril 2024 - Revue de presse 16 avril 2024 - Revue de presse 9 avril 2024 - Revue de presse 2 avril 2024 - Revue de presse 26 mars 2024 - Revue de presse 19 mars 2024 - Revue de presse 12 mars 2024 - Revue de presse 5 mars 2024 - Revue de presse 27 fevrier 2024 - Revue de presse 20 fevrier 2024 - Revue de presse 13 fevrier 2024 - Revue de presse 05 fevrier 2024 - Revue de presse 24 janvier 2024 - Revue de presse 17 janvier 2024 - Revue de presse 08 janvier 2024 - Revue de presse 01 janvier 2024


Revue de presse 19 juillet 2024


L’alcool, cause majeure mais sous-estimée de la violence ordinaire

" (...) Le tableau est particulièrement sombre pour les violences intrafamiliales. Au centre de formation à la police judiciaire de la gendarmerie, à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), l’adjudante-cheffe Sophie Merle fait parler la vingtaine de gendarmes appelés à devenir des référents dans ce domaine. C’est sur l’alcool qu’ils s’arrêtent le plus longuement pour témoigner de leur expérience. « A un moment, pour les interventions de nuit, on s’est dit qu’on allait noter chaque fois que l’alcool était impliqué. Finalement, c’est l’inverse, on relève plutôt quand il n’y a pas d’addictions tellement c’est rare », pointe une officière en poste dans l’Oise. « La nuit, c’est présent dans 90 % de nos interventions », souligne la militaire. « Ça désinhibe complètement », ajoute un gendarme. « C’est massif, parce que c’est un produit en vente libre et pas cher », complète l’adjudante-cheffe."
(...) Les scientifiques constatent, dépités, le peu d’échos des discours sur la prévention. « Les responsables politiques ne s’attaquent pas à ce sujet. Ils savent très bien que le coût social des addictions est élevé. Mais ils font le calcul que le coût électoral l’est aussi », relève Sebastian Roché, directeur de recherche au CNRS. « Bien qu’il représente le psychotrope le plus fortement associé aux violences, on attend toujours une opération “place nette XXL” pour l’alcool dans l’un des pays les plus consommateurs du monde, ajoute le professeur en psychologie sociale, Laurent Bègue-Shankland."
Lire l'article du Monde

Réforme des diplômes de travail social : une réarchitecture en deux temps

"Ces dernières semaines, plusieurs décrets et arrêtés relatifs à certains diplômes de travail social ont été publiés au Journal officiel (diplômes d'État d'ingénierie sociale, de médiateur familial, d'assistant familial, de technicien de l'intervention sociale et familiale et de moniteur éducateur).
Que signifient ces publications quasiment concomitantes ? S'agit-il de réformes de grande ampleur ? Peut-on s'attendre à ce que les autres diplômes soient également rénovés ?
Plusieurs membres de l'Union nationale des acteurs de formation et de recherche en intervention sociale (Unaforis), qui réunit la plupart des établissements de formation en travail social (EFTS), nous apportent leur éclairage sur ces textes, qui témoignent d'une réingénierie en deux temps.
D'une part, une mise en conformité des diplômes avec la « mise en blocs de compétences », qui s'apparente à du toilettage. Et, d'autre part, une refonte des diplômes, avec des contenus retravaillés sur le fond".
Lire l'article du Media social

JO 2024 : le CGLPL alerte le ministre de l’intérieur sur des atteintes aux droits des patients hospitalisés en psychiatrie

"La Contrôleure générale des lieux de privation de liberté a été alertée sur des instructions données par plusieurs préfectures à des établissements de santé mentale, visant à restreindre les droits des patients hospitalisés sur demande du représentant de l’Etat (SDRE). Ces instructions, justifiées par le passage de la flamme olympique dans les villes concernées, tendent à restreindre de manière significative les possibilités d’octroi à ces patients d’autorisations de sortie, d’une part, de passage en programme de soins ou de levée de mesures de soins sans consentement, d’autre part.
Il y a un paradoxe stupéfiant à stigmatiser et sur-enfermer un ensemble de patients atteints de handicaps psycho-sociaux, aux antipodes des valeurs affichées par les jeux olympiques et paralympiques, présentés comme l’occasion d’une fête populaire et inclusive.
Si l’autorité préfectorale peut s’opposer à une autorisation de sortie ou refuser de mettre fin à une mesure d’hospitalisation en soins sans consentement, ces décisions impliquent un examen individualisé des situations concernées, sans rejet anticipé de l’ensemble des demandes. Toute politique d’opposition systématique à une demande de sortie de courte durée ou de levée d’hospitalisation porterait inévitablement atteinte aux droits fondamentaux des patients."
Lire l'article


Revue de presse 12 juillet 2024


Anne Levade, constitutionnaliste : « La Vᵉ République est passée des incertitudes électorales à une ère institutionnelle inédite »

"Rien ne garantit que les députés réussiront à constituer une coalition de gouvernement pérenne ou à s’accorder sur un gouvernement minoritaire qui devra, texte par texte, former des coalitions de projet, souligne la juriste dans une tribune au « Monde ».
L’inédit institutionnel engendré par la nouvelle configuration parlementaire fait légitimement craindre le retour de l’instabilité gouvernementale. La Constitution n’en est pas la cause et elle n’a d’autre objet que de fixer le cadre à l’intérieur duquel est exercé le pouvoir politique. C’est l’occasion de rappeler l’esprit dans lequel a été conçue la Ve République et que, en 1958 devant le Conseil d’Etat, Michel Debré résumait ainsi : « Une Constitution ne peut rien faire d’autre que d’apporter des chances aux hommes politiques de bonne foi qui, pour la nation et la liberté, veulent un Etat, c’est-à-dire, avant toute autre chose, un gouvernement. »
Lire l'article du Monde

Prisons : l’ordre des avocats et les barreaux d’Île-de-France tirent la sonnette d’alarme

"En rédigeant une lettre ouverte au garde des Sceaux et en remettant un rapport catastrophique sur l’état de la maison d’arrêt de Nanterre suite à la visite de la bâtonnière des Hauts-de-Seine, Isabelle Clanet dit Lamanit, les barreaux d’Île-de-France espèrent taper suffisamment du poing sur la table pour que le ministère de la Justice applique – lui aussi – la loi et soit pret pour les Jeux olympiques". br>Lire l'article d'Actu-juridique.fr

Le programme QualityRights de l'OMS par le CCOMS



Le site controversé Coco.gg fermé par la justice : « une victoire pour les acteurs de la protection de l'enfance en ligne »

"Depuis le mardi 25 juin, le site coco.gg, considéré comme « un repaire de prédateurs », affiche le message sur fond bleu de la gendarmerie : « Ce site a été fermé par la direction générale des douanes et droits indirects et la gendarmerie nationale, sous l’autorité de la Junalco (juridiction nationale en charge de la lutte contre la criminalité organisée, ndlt) du parquet de Paris ».
Lire l'article de jeunesse enfance infos


Revue de presse 5 juillet 2024


La participation collective des enfants protégés : fiches synthétiques

Dans le prolongement de la publication du dossier de l’ONPE « écouter pour agir » sur la participation collective des enfants protégés, l’Observatoire publie ce jour deux fiches synthétiques.
- La première, intitulée « la participation collective des enfants protégés : repères juridiques et scientifiques », propose un éclairage sur le fondement juridique de ce droit fondamental mais aussi des repères issus de la recherche centrés sur les bénéfices de ces démarches pour les enfants et leurs conditions de réussite.
- La seconde, intitulée « la participation collective des enfants protégés : les étapes clés » s’appuie sur l'étude de pratiques participatives initiées dans huit départements et met en perspective huit étapes identifiées comme structurantes dans la construction de ces démarches.
Enfin, pour accompagner l’appropriation de ce dossier, l’ONPE met également à disposition une vidéo, en format court, présentant les principaux apports de la publication".
Acceder au dossier de l'ONPE

Législatives 2024 : un débat politique serein est-il possible à l’heure des « vérités alternatives » ?

Samuel Laurent décrit comment "L’à peu près s’impose souvent dans le champ politique, nourrissant la confusion et les dérives complotistes".
Extrait : "Dans cette ambiance électrisée, sans « espaces de conciliation », note encore Sylvain Délouvée, le rapport aux faits se distend au sein d’une classe politique hypnotisée par les incessantes polémiques morales et les algarades sur les réseaux soc comment "L’à peu près s’impose souvent dans le champ politique, nourrissant la confusion et les dérives complotistes.iaux, souvent aussitôt récupérées et amplifiées par des chaînes d’information qui tendent à se changer en canaux de débats en continu. « Toute procédure de délibération est coûteuse humainement, établir les faits et leur interprétation prend du temps, résume Mathias Girel. D’où la tentation de contourner ce processus en jouant de la polarisation, de simplifier les débats en un “c’est nous ou eux” ». La notion d’échange d’arguments s’efface, « on fait l’économie de la discussion et du compromis »
Lire l'article du Monde

Manquements des politiques de protection de l’enfance : Représentants de la Cnape

Didier Tronche, président de la CNAPE décrit l'asphyxie budgétaire de 9 association sur 10 et souligne dans cette intervention le risque d'Uberisation du travail social lié aux appels d'offres ne permettant pas de respecter le code du travail et la convention collective.
La liste des manquements aux lois est impressionante.



La famille d’accueil au Japon, une structure salvatrice pour les enfants qui souffrent

"Au Japon, le nombre de cas de négligence, maltraitance sur enfant, absentéisme à l’école et suicides chez les enfants a rapidement augmenté ces dernières années, alors que la société tente de faire face aux changements économiques et au déclin démographique. Pour de nombreux enfants confrontés à des conditions de vie difficiles, la « famille d’accueil » apparaît comme une alternative au foyer familial traditionnel."
Dans cet article l'utilisation du mot "adoptif" ("fils adoptif", "frère adoptif"...) correspond peut-être à une conception d'une adoption temporaire d'éducation ("fosterage").
A noter : La chercheuse Akiko Awa est trés critique par rapport à la vision idyllique donnée par cet article. Beaucoup d'enfants sont recueillis par des sectes qui les exploitent. Certains n'ont pas accès à l'éducation ; elle signale aussi des abus dans des familles d'accueil qui ne reçoivent aucune formation.
Lire l'article de Nippon.com

Renseignement : hausse de 15% du nombre de personnes surveillées en 2023

"La Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR) a rendu son rapport d'activité 2023. Le nombre de personnes surveillées est en forte hausse et le rapport souligne une évolution des techniques de surveillance ainsi qu'une évolution de la nature des menaces.
De 2022 à 2023, le rapport de la CNCTR note une hausse globale du nombre de personnes surveillées par une technique de renseignement (+15%, soit 24 209 personnes surveillées en France, contre 20 958 en 2022). Une évolution, selon la commission, "en lien avec l‘évolution de la menace en nature comme en intensité". La CNCTR a observé l'évolution des motifs de surveillance, notamment :
- prévention de la criminalité et délinquance organisées (29,2% des demandes) ;
- prévention du terrorisme (28,8%) ;
- infractions au code de la sécurité intérieure (10,5%)".
Lire l'article sur Vie Publique


Revue de presse 28 juin 2024


Précarité et sentiment d'injustice, un terreau fertile pour le RN

(...)« Nous avons vu les idées de l’extrême-droite progresser de plus en plus, mais les choses ont changé : aujourd’hui, la parole est libérée, les personnes assument complètement le vote RN, y compris chez les jeunes qui se reconnaissent dans Jordan Bardella », témoigne le responsable d’Avenir des Cités.
Des jeunes qui passent beaucoup de temps sur les réseaux sociaux, lesquels constituent leur unique source d’information.
« Le RN sait très bien se servir des réseaux, il fait circuler des fake news, fait croire que les étrangers prennent le travail des Français, touchent plus d’aides qu’eux… Et beaucoup de jeunes mordent à l’hameçon, assure Sadek Deghima. La précarité est un terreau fertile pour la politique du RN. »
Lire l'article du Média social

ONPE : "Placer à domicile ? Sens des pratiques et cadre juridique"

"L’avis de la Cour de cassation du 14 février 2024 réactualise les questions de qualification régulièrement suscitées par « le placement éducatif à domicile » (PEAD). Le déploiement de ce dispositif au sein des départements invite aussi à une réflexion sur ses fondements comme ses conditions de mise en œuvre.
Lire la fiche de synthèse de l'ONPE

Synthèse de l'enquête annuelle "Dépenses sociales et médico-sociales des départements en 2023"

"En 2023, les dépenses sociales et médico-sociales augmentent un peu plus rapidement que le rythme de l’inflation. Une telle progression, qui dépasse celle enregistrée en 2020 avec la mise en œuvre des différentes mesures mises en place lors de la pandémie de COVID, ne s’était pas produite depuis la période 2009-2011. Or, parallèlement, les recettes des départements ne progressent pas, avec notamment une forte baisse des droits de mutation à titre onéreux provoquant un recul très net de l’autofinancement.
Les augmentations les plus importantes concernent les dépenses dans trois domaines : aide sociale à l’enfance, personnes en situation de handicap et personnel départemental. Les dépenses des autres domaines augmentent aussi, y compris celles relatives à l’insertion. Rappelons qu’en 2022, la baisse de la dépense d’insertion avait partiellement compensé les hausses dans les autres domaines."
Acceder au dossier de l'ODAS

Ségur : des enveloppes en plus pour revaloriser les salaires

"Une instruction du 27 juin tire les conséquences de la signature d’un accord relatif à l’extension de la prime « Ségur ». Elle vient compléter celle du 22 mai dernier qui fixait les orientations budgétaires des ESMS accueillant des personnes âgées, et celles en situation de handicap."
C'est la fin d'un trop long feuilleton : "les oubliés de Ségur". AXESS (employeurs santé social) avait estimé que le nombre de salariés ne percevant pas les mesures du Ségur à plus d'un quart des effectifs sur l'ensemble de la branche.
Lire l'article des ASH

Vers une protection de l’enfance plus équitable : Les défis des interventions à domicile AED-AEMO

"Les mesures d’aide éducative à domicile (AED) et d’action éducative en milieu ouvert (AEMO) sont incontournables dans le champ de la protection de l’enfance. Les mesures d’AED sont règlementées par l’article L. 222-1 et suivant du Code de l’action sociale et des familles. Celles d’AEMO sont règlementées par l’article 375-2 et suivant du Code civil.
Les contraintes budgétaires actuelles et futures exposent ces mesures à un risque de dévoiement. Certains Présidents de Conseil départemental peuvent formuler de nouvelles exigences sans disposer des financements spécifiques nécessaires, que ce soit pour accroître le nombre de mesures par professionnels ou intensifier les interventions au sein de chaque mesure. Les risques englobent tant la surcharge de travail des professionnels que la détérioration des réponses aux besoins fondamentaux de l’enfant.
Le présent document d’orientation offre une énonciation claire et analytique de ce qu’implique une mesure de milieu ouvert de type AED/AEMO, en mettant l’accent sur les actes professionnels essentiels.
Télécharger le document de la CNAPE

Rapport : les inégalités des le plus jeune âge

"Break Poverty Foundation a créé depuis 2022 un Cercle de la Petite Enfance qui réunit plus de 25 mécènes afin d’identifier des pistes d’action concrète pour réduire les inégalités dès le plus jeune âge.
Extrait : "Au-delà des dispositifs d’accompagnement sociaux, soulignons le rôle important de la prévention médicale via l’activité de la PMI (Protection Maternelle Infantile) qui, avec 4800 « points de contact » gratuits et des équipes pluridisciplinaires, est un acteur incontournable pour accompagner les ménages vulnérables. Malheureusement, son rôle préventif s’est peu à peu érodé : 30% à 40% des missions réalisées relèvent d’autres enjeux (agrément d’assistantes maternelles, contrôle de professionnelles agréées, etc.), et le rôle d’instruction des Informations Préoccupantes joué par certaines PMI tend à créer une défiance chez les plus vulnérables. Renforcer le rôle préventif des PMI en assurant une relation de confiance avec les ménages défavorisés nous semble être un enjeu clé pour soutenir les parents et réduire le risque que se creusent des écarts avec les ménages les plus favorisés".
Lire la synthèse du rapport


Revue de presse 21 juin 2024


Christophe Robert : "L'extrême droite n'a pas changé, nous appelons au sursaut collectif"

Mardi, dans un geste inédit, une centaine d'organisations et d'associations de lutte contre l'inégalité et la pauvreté, de défense de l'environnement, d'aide aux réfugiés, ainsi que la CFDT, premier syndicat de France, se sont réunis pour lancer un "appel du 18 juin" pour faire barrage au Rassemblement national lors des élections législatives du 30 juin et du 7 juillet. "Le moment est grave, le risque de bascule dans le chaos est présent, beaucoup de nos organisations, de militants, de nos bénévoles, des salariés, des personnes que l'on accompagne ont peur aujourd'hui", explique Christophe Robert, porte-parole de la Fondation Abbé Pierre, signataire de cet appel. "Peur de voir basculer le pays vers quelque chose qui ne permettrait pas de penser qu'on peut vivre ensemble convenablement" (...).
En cas de victoire de l'extrême-droite, "ça change trop de choses", dit Christophe Robert. "Ca signifie que des personnes qui ont besoin de se faire soigner, du fait de la suppression ou de la réduction de l'Aide médicale d'Etat, ne se soigneront pas quand elles auront des pathologies (...), ça veut dire que les personnes à la rue, on va les traiter (...), qu'on va trier les personnes en fonction de leur couleur, de leur religion, de leur orientation sexuelle, ou je ne sais quoi : on ne peut pas fonctionner comme ça dans ce pays".
Ecouter sur le site de France Inter

La défiance envers l’école, facteur clé du vote RN

"La faiblesse du niveau de diplôme est un des facteurs les plus prédictifs du vote pour le Rassemblement national (RN), et avant lui le Front national (FN). Derrière ce constat statistique, ce que la sociologie de terrain retrouve, ce sont des trajectoires scolaires souvent heurtées, relativement courtes, vécues difficilement. C’est ainsi un certain rapport à l’école, distant voire défiant, qui apparaît comme l’un des facteurs communs à une partie importante de l’électorat lepéniste.
Il ne s’agit pas de suggérer qu’il y aurait un lien direct et nécessaire entre un « manque de culture » et les penchants xénophobes nourrissant le vote RN – après tout, il y a toujours eu des manières très cultivées d’être d’extrême droite, et l’idéologie raciste s’est toujours reposée sur des constructions intellectuelles et savantes.
La faiblesse du diplôme a en revanche des conséquences socioprofessionnelles importantes, du fait de la fragilité sur le marché du travail qu’elle engendre. Dans une société où la possession de capitaux scolaires est devenue si importante, en être dépourvu produit une incertitude et un pessimisme structurant les préférences électorales pour le RN".
Lire l'article de the conversation

Pourquoi le RN séduit autant les jeunes ?




Que contient la loi « immigration » du 26 janvier 2024 ?

"Régularisation exceptionnelle des travailleurs sans papiers dans les métiers en tension, carte de séjour "talent" pour les médecins étrangers, mesures sur l'intégration et l’asile, éloignement facilité en cas d'infractions graves... Que contient la loi sur l'immigration ?"
Cette loi est une des plus répressives d'Europe, avec des possibilités d'éloignement renforcées et de "nouveaux motifs de refus de délivrance, de renouvellement ou de retrait des cartes de séjour temporaire sont créés (fraude documentaire, infractions commises contre des élus ou des agents publics...). La menace grave pour l'ordre public devient un motif de non-renouvellement ou de retrait de la carte de résident. De plus, pour le renouvellement de certains titres longs, une condition de résidence habituelle en France est posée."
Lire ledossier sur Vie Publique.fr


Revue de presse 14 juin 2024


Dissolution de l’Assemblée nationale

Le dimanche 9 juin, le président de la République a prononcé la dissolution de l’Assemblée nationale en application de l'article 12 de la Constitution, entraînant la clôture de la XVIe législature et l’arrêt immédiat des travaux des députés.
La dissolution de l’Assemblée nationale a pour conséquence de mettre un terme aux mandats des députés mais aussi d’annuler les travaux parlementaires en cours
Accèder au site de l'Assemblée nationale

97 % des communes de 500 à 2 000 habitants ont placé le RN en tête aux élections européennes

"Le ministère a d’abord publié les résultats définitifs de ce scrutin, que l’on peut rappeler ici : le RN a réuni 31,37 % des suffrages, la liste Renaissance 14,6 %, la liste socialiste 13,83 %, LFI 9,89 %, les LR 7,25 % et Europe écologie 5,50 %.
Mais ces résultats globaux, lorsqu’on les regarde à une maille plus fine, cachent d’importantes disparités géographiques et démographiques.
Première constatation : le Rassemblement national est arrivé en tête dans une écrasante majorité de communes : environ 32 600 sur 34 955, soit 93 % d’entre elles. Il ne reste donc que la portion congrue aux autres listes : celles de Valérie Hayer (Renaissance) et de Raphaël Glucksman (PS) sont arrivées en tête dans 2 % et 2,7 % des communes. Les Républicains l’ont emporté dans 0,33 % des communes et LFI dans 0,9 % d’entre elles.
Dans certains départements, la domination du RN est totale, à commencer par le Lot-et-Garonne et Mayotte où il l'emporte dans la totalité des communes. Dans l'Indre, une seule commune n'est pas remportée par le RN mais elle l'est... par la liste Reconquête. Dans l’Aisne ou l’Aube, le RN arrive en tête dans 99,5 % des communes. Il dépasse les 98 % de communes dans des départements comme les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, l’Yonne, le Loiret."
Lire l'article de maire-info.com

Dissolution de l’Assemblée nationale : le pari risqué de Macron avec l'extrême droite




Tous les projets que suspend la dissolution : loi sur la fin de vie, audiovisuel public, orientation agricole, Airbnb…

"La dissolution de l’Assemblée nationale a eu pour conséquence l’abandon de nombreux textes de loi et commissions d’enquêtes, dont certains projets qui étaient proches d’aboutir.
Un coup d’arrêt inattendu. La publication du décret qui dissout l’Assemblée nationale, le lundi 10 juin, met fin à tous les travaux en cours durant la XVIe législature. De nombreux projets ou propositions de loi, mais aussi missions et commissions d’enquête étaient lancés.
Quel avenir pour le projet de loi sur la fin de vie, un texte majeur dont les premiers articles venaient d’être adoptés, ou de celui sur les meublés touristiques, tout proche d’un vote définitif ? La prochaine majorité pourra décider de réinscrire ces textes à l’ordre du jour ou de les abandonner."
Lire l'article du Monde

Vanessa Codaccioni, politiste : « L’arrivée au pouvoir du RN serait un désastre du point de vue répressif et des libertés publiques »

"Le programme du RN prévoit notamment la mise en place de la présomption de légitime défense des policiers, réclamée dès 1978 par l’extrême droite comme un moyen de s’affranchir des procédures judiciaires et de pallier la suppression de la peine de mort, explique la politiste dans une tribune au « Monde »."
Lire l'article du Monde


Revue de presse 6 juin 2024


Décentralisation et transfert de compétences : où en est-on ?

Depuis les premières lois de décentralisation en 1982 jusqu'à la loi du 21 février 2022 relative à la différenciation, la décentralisation, la déconcentration et portant diverses mesures de simplification de l'action publique locale (loi 3DS), les relations entre l'État et les collectivités locales ont été profondément transformées. L'organisation territoriale fait régulièrement l'objet de nombreuses critiques : "enchevêtrement" des compétences, complexité des normes, inégalités territoriales… Les rapports d'Éric Woerth et de Boris Ravignon, remis fin mai 2024, présentent deux visions divergentes de la décentralisation. La BRP vous propose un panorama de rapports sur ce thème depuis 2005.
Lire l'article sur Vie publique.fr

L'aide sociale à l'enfance à bout de souffle : des Départements témoignent devant la délégation aux droits des enfants

"Quelques jours après la remise du rapport du député (Renaissance) de l'Oise, Éric Woerth évoquant notamment le scénario d'une « recentralisation » de l’aide sociale à l'enfance (ASE), trois vice-présidentes en charge de l’Enfance, Marie-Louise Kuntz (Moselle), Cinderella Marchand (Côtes d’Armor) et Véronique Pelissier (Val d’Oise) ont été auditionnées, le 4 juin, par la délégation aux droits des enfants de l'Assemblée nationale. « Lors de toutes nos auditions, il ressort fréquemment la nécessité que l'État reprenne sa place auprès des Départements sur les compétences qui sont les siennes », souligne, en introduction, Perrine Goulet, députée MoDem de la Nièvre et présidente de la délégation parlementaire."
Lire l'article sur enfancejeunesseinfos.fr
Regarder la vidéo de l'audition

Assistants familiaux : une proposition de loi vise à assouplir le cumul d'emplois

"Une proposition de loi sur la conciliation d'une activité professionnelle avec la fonction d'assistant familial est actuellement examinée au Sénat. Son objectif est d'améliorer l'attractivité de cette profession pour pallier le manque de vocations nouvelles et faire face aux nombreux départs à la retraite à venir.
« Le profil démographique des assistants familiaux en France révèle une situation préoccupante : en 2021, la moitié de ces professionnels avait 55 ans ou plus, et un quart avait même franchi le seuil des 60 ans », peut-on lire dans l'exposé des motifs de la proposition de loi (PPL)".
Lire l'article du Média social


Revue de presse 29 mai 2024


3000 enfants à la rue : le plaidoyer des associations


L'audition des associations (UNICEF France, le collectif Jamais sans Toit et le collectif École pour tous), le 23 mai, par la délégation aux droits des femmes du Sénat au sujet de la situation des 3000 enfants à la rue.



Jeunes majeurs : un dispositif expérimental contre les "sorties sèches"

"Le service Étayage, porté par l'association Sprene, accompagne une quarantaine de jeunes majeurs comme Théo et Émilie. Toutes et tous ont un point commun : un suivi par la protection de l’enfance quand ils étaient mineurs. Pour beaucoup d’entre eux, le passage à la majorité a signé la bascule dans une très grande précarité. Comme le rappelle régulièrement la Fondation Abbé Pierre, un sans domicile sur quatre est issu de l’aide sociale à l’enfance. C’est pour tenter d’éviter ces drames qu’Étayage a été créé à Hazebrouck, ville de 20 000 habitants à une quarantaine de kilomètres de Lille."
Lire l'article du Média social

AESH : la pause déjeuner prise en charge par l'Etat

"La gestion de l’accompagnement des élèves en situation de handicap se divise entre l’Etat pendant le temps scolaire, et les collectivités en-dehors de cette période. Dès la rentrée 2024, un texte, adopté par l'Assemblée nationale, entend mettre à la charge de l’Etat la rémunération des AESH en tout temps. Il vient d'être publié au journal officiel.
Lundi 8 avril, les députés ont également décidé de voter la proposition de loi déposée par le sénateur Républicain Cédric Vial. Il est donc prévu une gestion, par l’Etat, de la rémunération des AESH pendant le temps scolaire, et pendant la pause déjeuner. Les députés ont néanmoins modifié le texte, en insérant l’obligation de remise d’un rapport au Parlement, dans les 18 mois qui suivent la promulgation de la loi,
Celui-ci devra indiquer le nombre d’élèves accompagnés, ainsi que ceux ne bénéficiant pas d’un accompagnement « en dépit d’une prescription de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH)»".
lire l'article des ASH

Dans les crèches, la qualité d’accueil doit avoir la priorité, préconise un rapport parlementaire

"Malgré la pénurie récurrente de places, la qualité d’accueil des enfants est au cœur du rapport sur le modèle économique des crèches, voté ce lundi par l’Assemblée nationale. La réservation des berceaux par les employeurs, remboursés en partie par l’Etat, est en ligne de mire". (...) Ce qui "pourrait bouleverser un secteur qui s’est privatisé à marche forcée en vingt ans, c’est la proposition de «supprimer le mécanisme de la réservation de berceaux par les employeurs». Ce dernier est abondé par le crédit d’impôt famille (Cifam) créé en 2003 et dont le plafond a été doublé en 2010. Il permet aux entreprises qui préemptent des places pour leurs salariés de se faire rembourser par l’administration fiscale 50 % de leurs dépenses. Cet outil, grâce auquel les acteurs des crèches privées lucratives ont encaissé des sommes faramineuses d’argent public, doit disparaître, préconise également Sarah Tanzilli. «Ce mécanisme a créé un véritable coupe-file pour ces enfants ‘‘plus rentables’’ que les autres, dénonce-t-elle. Ce système est incompatible avec l’égalité d’accès au service public.»"
Lire l'article de Libération

Les ados de la génération Alpha sont-ils plus fragiles qu'auparavant ?

"On les appelle la génération Alpha, celles et ceux nés après 2010, la génération qui a connu de nombreux traumatismes, comme le Covid ou la guerre en Europe. Comment vont les adolescents aujourd'hui ?"
Avec Bruno Humbeeck, Daniel Marcelli et David Le Breton
Ecouter le podcast sur France Inter


Revue de presse 22 mai 2024


Mineurs isolés étrangers : 27 organisations saisissent le Conseil d'État

"Anas, Apprentis d'Auteuil, Cimade, Cnape, Fondation Abbé Pierre, Unicef France… Vingt-sept organisations saisissent le Conseil d'État « pour contraindre les autorités françaises à mettre le dispositif de mise à l’abri et d’évaluation des mineurs isolés en conformité » avec la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE).
Comme le rappellent les requérants, la France avait déjà été rappelée à l'ordre, en janvier 2023, par le Comité des droits de l'enfant, qui veille à la bonne application de ce texte onusien. Face à un refus de prise en charge d'un jeune Pakistanais, ses experts avaient en effet conclu à plusieurs violations de la convention, notamment pour une procédure d'évaluation trop « sommaire ».
Or depuis, « aucune mesure n’a été prise par le gouvernement pour remédier à ces violations », estiment les organisations. « Au contraire, nous constatons qu’elles perdurent, s’amplifient et s’aggravent sur l’ensemble du territoire. »"
Lire l'article du Média social

Prisons : «une chaîne qui déraille depuis trop longtemps», déplore la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté

"Publié ce mercredi 15 mai, le rapport annuel de la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté dresse un tableau accablant de la situation dans les prisons et autres lieux de privation de liberté de France.
«Avec 77 450 détenus pour 61 570 places au 1er avril et un taux d’occupation moyen des maisons d’arrêt à 150,4 % (avec des pics à 250 %), la France atteint chaque mois de nouveaux records d’incarcérations», déplore le rapport. La CGLPL préconise, à nouveau, «la mise en place, dans la loi, d’une régulation carcérale». «Pas plus de prisonniers que de places. Est-ce anormal ? Pourquoi l’Allemagne a-t-elle réussi là où la France rate tout ?», s’interroge la Contrôleure générale, Dominique Simonnot, qui a constaté l’état effroyable des cellules".
Lire l'article de Libération

Faibles ressources financières, violences conjugales… Une étude établit une série de facteurs de risque de maltraitance infantile

"Sur les six millions de bébés nés en France entre 2010 et 2019, Flora Blangis, sage-femme et auteure de cette étude, s’est penchée les 3 000 âgés de moins d'un an hospitalisés pour maltraitance, c'est-à-dire battus, secoués ou étranglés... À chaque fois, elle a identifié des facteurs de risque chez la mère de ces enfants : "De faibles ressources financières, un âge inférieur à 20 ans, un trouble de l'usage de l'alcool ou d'opiacés, avoir été hospitalisée pour des violences conjugales, avoir eu une pathologie psychiatrique chronique ou somatique chronique ou avoir été hospitalisé en psychiatrie un an avant la grossesse, pendant la grossesse ou un an après la grossesse."
Lire l'article de Franceettvinfo

Quelles protections pour les enfants en placement longue durée ? Approche comparée France-Québec

"L’Observatoire publie la recherche « Quelles protections pour les enfants en placement longue durée ? Approche comparée France-Québec » dirigée par Caroline Siffrein-Blanc, Maitre de conférences, HDR à l’université d’Aix-Marseille et Carmen Lavallée, Professeure titulaire de la faculté de droit de l’Université de Sherbrooke, issue de l’appel à projets ouvert 2021 de l’ONPE.
Cette recherche qualitative vise à comparer les dispositifs français et québécois de protection de l’enfance afin de mieux comprendre les effets du placement long sur la sécurisation du parcours de ces enfants".
Lire la recherche, son résumé et sa synthèse

À l'accueil de l'agence

"En début de mois, les demandeurs d'emploi se pressent à l'accueil pour actualiser leur situation. Ce matin, Sabrine, conseillère, répond à leurs demandes et interrogations au comptoir. Dans un bureau de l'agence, Nicolas reçoit Mme G., femme de ménage en recherche d'emploi".
Ecouter le podcast des pieds sur terre

Magali Panova, mémoires d'une jeune fille placée 3/4 des foyers à la rue

"Placée en foyer à l'Aide Sociale à l'Enfance, Magali s’est retrouvée à la rue à sa majorité, sans diplômes, ni solution d’hébergement. Elle témoigne aujourd’hui des failles du système pour tenter d’améliorer la situation des enfants placés.
Enfant discrète et silencieuse, habituée dès son plus jeune âge à être le plus transparente possible pour éviter d'attirer l'attention, et les coups, dans sa famille, Magali était considérée comme "incasable" par les éducateurs de l'Aide Sociale à l'Enfance qui ne comprenaient pas son fonctionnement. Déplacée dans quatre foyers différents au cours des sept années de sa prise en charge par la protection de l'enfance, Magali n'a jamais pu se stabiliser.
"Je ne pouvais pas me stabiliser puisqu'à chaque fois, on me changeait d'endroit. Voyant que je ne parlais pas beaucoup, ils ont réagi comme si le problème venaient d'eux. A chaque fois c'était "non mais, on ne comprend pas comment elle fonctionne cette gamine, les autres ils feront forcément mieux." Bah, non !"
ecouter lePodcast sur France Inter


Revue de presse 14 mai 2024


Santé périnatale : des résultats "médiocres" estime la Cour des comptes

"Le rapport pointe :
  • des risques périnataux importants et en progression. Ils sont liés au surpoids maternel, à une prise de poids inadaptée pendant la grossesse, aux consommations à risque des femmes enceintes, aux grossesses tardives (après 35 ans), à la prématurité et au faible poids à la naissance (moins de 2 500 grammes). Les mères en situation précaire, nées à l’étranger ou vivant en outre-mer présentent des risques accrus. Le suivi épidémiologique, lacunaire, ne permet pas d’orienter l’action publique ;
  • une sécurité et une qualité des soins insuffisantes. La réglementation sur l’organisation et les conditions techniques de fonctionnement des maternités, inchangée depuis 25 ans, n’est pas adaptée à l’évolution des prises en charge ni à la restructuration de l’offre de soins. Une vingtaine de maternités dérogent toujours au seuil minimal de 300 accouchements annuels, et les maternités qui en réalisent moins de 1 000 par an ont de plus en plus de mal à attirer des personnels qualifiés ;
  • une prévention défaillante ;
  • un accompagnement parental trop limité".

Lire l'article sur Vie publique

Que nous raconte l’isolement social

"Comment comprendre la logique et la mécanique de l'isolement social ?
Sans réduire la spécificité des parcours des individus isolés, les données produites par la tradition sociologique - Durkheim, Castel - permettent de comprendre les causes de ce phénomène."
Ecouter l'émission sur France Culture

Maltraitance physique chez l’enfant. Améliorer le repérage, le diagnostic et la prise en charge dans le secteur de la santé

"La maltraitance à enfants a longtemps été ignorée. Les récents plans ministériels prévoient de nombreuses mesures de protection dont le déploiement d’unités d’accueil pédiatriques des enfants en danger (UAPED). Malgré toutes ces avancées, le diagnostic reste sous-estimé dans le secteur de la santé avec une prévalence de l’ordre de 1 enfant sur 10 dans les pays à hauts revenus, toutes catégories de maltraitance confondues. La fréquence de décès serait de 1 enfant tous les 5 jours en France. Les violences subies durant l’enfance représentent une lourde perte de chance en termes d’espérance de vie, de santé, de développement et d’insertion. Le rapport est limité aux Maltraitances Physiques chez l’Enfant (MPE) et n’aborde donc pas les maltraitances sexuelles. Le maître-mot est la nécessité d’hospitaliser l’enfant pour une protection immédiate, une évaluation multidisciplinaire, les soins et l’alerte des autorités en temps utile. Les résultats de l’étude montrent une réelle prise de conscience de la MPE dans le secteur pédiatrique. Toutefois, le diagnostic peut être sous-estimé et banalisé chez l’enfant, ce qui signifie que l’étiologie « traumatisme infligé » doit être évoquée largement par le médecin quel que soit son lieu d’intervention. "
Lire le rapport de l'académie de médecine

Qui sont les « invisibles » du soin, du lien et de l’éducation ?

"Manque de reconnaissance, charge mentale, horaires décalés… les travailleurs du soin, du lien et de l’éducation ont été identifiés comme faisant partie des populations subissant de fortes contraintes impactant leurs vies personnelles et professionnelles selon l’étude 2024 sur les « Invisibles », réalisée par Travailler autrement, Diot-Siaci et Temps commun.
C’est un nouveau panorama d’une France en voie de décrochage économique, social et familial qui vient de paraître. Deux ans après une précédente étude qui faisait le point sur l’évolution des anciens « travailleurs de la deuxième ligne » identifiés lors de la pandémie de Covid-19, la fondation Travailler autrement, l’institut Diot-Siaci et le cabinet de conseil en impact social Temps commun dressent, à partir d’une enquête réalisée par l’institut de sondages Occurrence, un portrait-robot réactualisé des « Invisibles ». Autrement dit, de ces 11 millions de travailleurs évoluant dans un environnement personnel et professionnel marqué par des contraintes multiples.
Contraintes de temps, du fait des horaires décalés ou hachés ; contraintes de pénibilité entraînant une vie professionnelle difficile ; contraintes de précarité dues à des rémunérations inférieures à la moyenne ; contraintes familiales dans des foyers plus touchés qu’ailleurs par la monoparentalité ; contraintes de territorialité pour des populations au lieu de résidence toujours plus éloigné du lieu de travail, et même contraintes d’utilité pour des professions pas toujours reconnues à leur juste valeur.
Lire l'article des ASH

Paroles de « drogués » : confidences de consommateurs

"Cannabis, cocaïne, MDMA. Six millions de Français déclarent avoir consommé une de ces trois substances au moins une fois au cours de l’année. C’est quasiment une personne sur dix. Pour comprendre les motivations de ces usagers, Le Monde est allé à la rencontre de cinq d’entre eux pour qu’ils racontent leurs vies avec la drogue.
Ils sont cadres, travailleurs indépendants, éducateurs, sans emploi ou en apprentissage… tous affirment consommer ces produits illicites à des fins « récréatives ». Et cela malgré les risques pour leur santé et les poursuites judiciaires encourues. En qualité de consommateurs et de citoyens lambda, ils détaillent également comment ils s’accommodent du trafic de drogue criminel qu’ils alimentent en le finançant".
Lire l'article du Monde

« Une autre vision de la santé mentale est nécessaire, il faut sortir la psychiatrie de l’hôpital »

"Face à la crise grave et durable de la psychiatrie, la réforme des soins ambulatoires est une priorité. Ils devraient, en effet, être beaucoup plus développés qu’ils ne le sont aujourd’hui. Les soins dans la cité n’ont que des avantages pour les personnes concernées par des troubles psychiques, comme éviter la désinsertion familiale et sociale ainsi que le recours à la contrainte, limiter la stigmatisation et rendre les soins plus acceptables et donc plus acceptés.
Cette préconisation est celle de tous les rapports successifs sur la santé mentale mais, à part quelques progrès marginaux ici ou là, l’objectif est loin d’être atteint. Beaucoup de lits d’hospitalisation ont été supprimés, mais les soins ambulatoires n’ont pas été suffisamment développés pour pouvoir les remplacer, avec, pour conséquence, une saturation des services restants, des délais d’attente aux urgences inacceptables et un nombre désolant de ruptures de soins.
Des financements ponctionnés
Le principal frein à l’avènement d’un nouveau modèle de soins semble être le rattachement hospitalier des équipes ambulatoires de psychiatrie. Ce rattachement contribue à la prééminence d’une culture hospitalière dans la conception des soins, éloignée de la vie des patients et de celle des autres acteurs médicaux et sociaux. De plus, les financements tendent toujours à valoriser nettement plus les activités d’hospitalisation que les soins ambulatoires.
Cela est manifeste quand il s’agit d’interventions communautaires inconnues des autres spécialités : visites à domicile, réhabilitation sociale et professionnelle, sorties thérapeutiques, thérapies de groupe, concertations interprofessionnelles, etc. Ainsi, les postes octroyés et l’emploi du temps des personnels sont accaparés par la prise en charge des patients hospitalisés, au détriment de la psychiatrie hors les murs".
Lire la tribune dans le Monde


Revue de presse 8 mai 2024


Enfance en danger : le Syndicat de la magistrature demande un plan d'urgence

En ce début d’année 2024, deux évènements tragiques questionnent, encore et encore, l’état de la protection de l’enfance en France. La mort de la jeune Lily, 15 ans, retrouvée pendue dans sa chambre d’hôtel le 25 janvier 2024 dans le Puy de Dôme ; celle de la jeune Myriam, 14 ans, retrouvée morte dans un appartement en Seine-et-Marne le 25 février dernier, lors d’une fugue de son foyer alors qu’elle était placée à l’Aide Sociale à l’Enfance. Ces décès font écho à celui du jeune mineur isolé de 17 ans, qui avait été poignardé à mort par un autre jeune, dans un hôtel des Hauts-de-Seine où il était placé, en décembre 2019.
Comment a-t-on pu en arriver là ?Depuis plus de 20 ans, l’enfance en danger est de moins en moins bien protégée.
La loi « réformant la protection de l’enfance » du 5 mars 2007 a donné compétence exclusive aux conseils généraux, désormais départementaux, sans transfert suffisant des dotations étatiques. Affichée comme voulant « recentrer » le civil sur des compétences territoriales, elle a eu pour conséquence de considérablement réduire les moyens éducatifs des services de l’Etat (Protection Judiciaire de la Jeunesse – PJJ), et de mettre fin de fait à la double compétence civile et pénale de la PJJ instituée depuis 1958.
La loi du 14 mars 2016 annoncée « recentrée » sur « la protection de l’enfant », n’a pas réellement été mise en œuvre. Six ans plus tard a été promulguée la loi Taquet du 7 février 2022, cette fois-ci « relative à la protection des enfants », considérant qu’il y avait urgence… Mais, il a fallu encore deux ans pour que la plupart des décrets d’application, et notamment l’un des plus attendus relatif à l’interdiction d’hébergement hôtelier des enfants, soient enfin publiés, démontrant une fois encore que les questions financières priment sur l’urgence de l’accompagnement.
Cette affluence de normes n’a toutefois pas permis de pallier la lente mais inéluctable dégradation de la protection de l’enfance.
Dans les écoles, le manque de moyens est criant, les assistantes sociales, les infirmières scolaires sont en sous-nombre, alors que ces professions sont les premières à faire de la prévention et à identifier les enfants en situation de danger."
Lire le communiqué

Enquête de l’inspection générale des affaires sociales relative à la pauvreté des jeunes en milieu rural

"A partir de premières recherches, travaux documentaires et statistiques, entretiens avec des acteurs nationaux dont les services de l’Etat, les collectivités territoriales et les têtes de réseau de différentes associations impliquées sur les territoires ruraux, la mission a effectué plusieurs déplacements et rencontré des acteurs de terrain dans 4 territoires ruraux marqués par des forts indicateurs de pauvreté : le nord de l’Aisne, la Nièvre, le sud Ardèche et le Lodévois (Hérault).
Les acteurs associatifs sont particulièrement impliqués dans la conduite d’actions variées qui peuvent concerner les jeunes en situation de précarité résidant dans des territoires ruraux, à la fois au titre de leur intervention spécifique sur le sujet ou dans le cadre d’appels à projet, d’actions ciblées, portées, ou non, en partenariat avec d’autres acteurs du territoire.
Lien du questionnaire en lien avec cette enquète
Lire l'article de la Fédération des acteurs de la solidarité

Les mères seules dans le piège de la pauvreté : « J’ai eu un ami, mais ce n’était pas jouable »

"Un foyer sur quatre compte un seul parent, soit deux fois plus qu’il y a trente ans. Ces mères, pour l’essentiel, cumulent les difficultés et suscitent enfin une timide prise de conscience de l’Etat.
Une évolution sociétale massive, dont médias et politiques ont mis du temps à prendre conscience, tout comme la statistique publique : de l’Insee au Trésor public, il n’existe pas de définition harmonisée de ce qu’est une « famille monoparentale ». Un flou qui se retrouve dans l’instabilité du champ lexical : on parle ici de « parent isolé », de « mère célibataire » ou de « maman solo » : dans 82 % des cas, ce sont en effet les femmes qui élèvent seules les enfants."
Lire l'article du Monde

Le Parlement européen approuve la création d'une carte européenne du handicap

"La carte européenne du handicap et la carte de stationnement pour les personnes en situation de handicap devraient, selon la vice-présidente de la Commission européenne, Věra Jourová, « faciliter la vie d'environ 87 millions de personnes et leur famille ».
Le 24 avril 2024, le Parlement européen a en effet donné son accord pour la mise en œuvre de ces cartes, en votant en faveur de la proposition de directive de la Commission européenne."
Lire l'article du Média social

ASE : la reconnaissance d’un ancien enfant placé

"Enfant de la DDASS, comme on disait il y a quelques années, Yannick Paquereau est aujourd’hui secrétaire général de la FNLV (Fédération nationale des lieux de vie). Un parcours exemplaire mais pas unique qui lui donne une légitimité pour faire entendre une autre musique que celle de la victimisation systématique et de l’injustice perpétuelle. Un témoignage en faveur des « gens biens » du secteur".
A noter dans cette tribune, l'importance du soutien apporté par les proches de "l'amoureuse": "C’est la meilleure amie de mon amoureuse de l’époque, dont le père était directeur de cabinet dans une mairie assez importante, qui m’a trouvé un job à la médiathèque et un appartement en HLM, il a cru en moi. Je ne les remercierais jamais assez. Bref, c’est ma capacité à créer du lien, plus que l’accompagnement de la structure qui m’a permis de m’envoler et de survivre dans la dignité".
Lire la tribune dans les ASH


Revue de presse 30 avril 2024


Christian Mouhanna, sociologue : « En dépit de dramatiques faits divers, le nombre de mineurs auteurs de délits baisse »

"Le chercheur au CNRS voit dans les discours punitifs à l’encontre des jeunes une « rengaine » alimentant « un discours anxiogène » et il regrette, dans une tribune au « Monde », que les moyens manquent pour prendre en charge les mineurs en danger, de plus en plus nombreux".
Le discours sur des délinquants toujours plus jeunes et plus violents "n’est ni neuf ni étayé par des résultats scientifiquement prouvés, bien au contraire. Toute réflexion s’appuyant sur les nombreux rapports disponibles dans les ministères ou les assemblées législatives, sans parler des laboratoires de recherche et les universités, est écartée au profit d’une réaction immédiate, sans mise en perspective."
Lire l'article du Monde

Attractivité : Catherine Vautrin veut en finir « avec le dogme du diplôme d’Etat »

"Le gouvernement entend « repenser l’attractivité des métiers » des secteurs sociaux et médico-sociaux. Catherine Vautrin présente cet après-midi son plan d’action qui prévoit notamment l’élargissement du vivier des recrutements en misant sur la VAE.
Dans le cadre d’un « grand plan », dont les ASH ont eu connaissance et que Catherine Vautrin, ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités, doit présenter cet après-midi à l’occasion d’un déplacement en Seine-et-Marne, l’exécutif entend « repenser la question de l’attractivité des métiers » en mobilisant les équipes de France travail qui devront, dans ce cadre, mettre en place un conseiller référent spécifiquement dédié aux métiers du social et du médico-social dans chaque bassin de vie. Celui-ci, selon les informations du ministère devra notamment « construire des parcours individualisés » à destination des chômeurs souhaitant s’orienter vers ces métiers".
Lire l'article des ASH

En Ille-et-Vilaine, pourquoi 400 enfants placés restent sans solution

"« On ne se relève pas du confinement. » Les mots d’Anne-Françoise Courteille, première vice-présidente du conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, sont sans détour. L’élue évoque la situation délicate que traverse l’Aide sociale à l’enfance. « Le confinement a eu des effets dévastateurs importants sur les gens les plus fragiles. La santé mentale s’est dégradée. Les services de protection de l’enfance doivent faire face à une recrudescence de situations catastrophiques. On constate que de plus en plus de jeunes femmes ne sont pas en capacité de s’occuper de leur bébé. Absence du père, déni de grossesse, consommation de stupéfiants et d’alcool… D’avantage de nouveau-nés sont placés et ce, parfois, dès la maternité. »
Lire l'article du Télégramme

L’OMS s’inquiète de la consommation « alarmante » d’alcool et de cigarettes électroniques chez les adolescents

"« L’utilisation généralisée de substances nocives chez les enfants dans de nombreux pays de la région européenne – et au-delà – constitue une grave menace pour la santé publique », a alerté le directeur régional de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Hans Kluge, cité dans un communiqué. Il appelle notamment, pour contrer cette tendance, à augmenter les taxes, à limiter les points de vente et la publicité et à bannir les agents aromatisants.
Après des années de recul de l’usage des substances psychoactives, « certaines données suggèrent que la pandémie de Covid-19 a provoqué une nouvelle augmentation de la consommation », relève le rapport, qui rassemble les données de 280 000 jeunes en Europe, en Asie centrale et au Canada. Les mesures de confinement ont, en effet, modifié les habitudes des 11-15 ans. Ces derniers ont été plus présents en ligne, et donc plus exposés à des publicités numériques. Cette évolution pourrait laisser des traces".
Lire l'article du Monde

« Réconciliations », la méthode aux 100% de réussite au Bac d’un prof de Drancy

"À Drancy (93), Jérémie Fontanieu a inventé́une méthode pédagogique qui met les parents au centre de la scolarité de leur enfant. Dans un documentaire, il raconte les coulisses de ses 100% de réussite au baccalauréat"


Retour sur le débat « défaillances de l’aide sociale à l’enfance » à l’Assemblée Nationale

"Le mercredi 3 avril, Mme Noémie Ninnin, chargée de plaidoyer - programme « Protection » à l’UNICEF France, Pierre-Alain Sarthou, directeur général de la Convention nationale des associations de protection de l'enfance (CNAPE) et Lyes Louffok, vice président de l'association "les oubliés de la République" ont été conviés à une table-ronde relative aux défaillances de l’aide sociale à l’enfance, à l’Assemblée nationale, à l’invitation de la députée Marianne Maximi et des députés du groupe La France insoumise"
Voir la vidéo sur le site de l'Assemblée nationale


Revue de presse 23 avril 2024


Projet de loi visant à sécuriser et à réguler l’espace numérique

"Filtre anti-arnaque, blocage rapide des sites pornographiques accessibles aux mineurs, peine de bannissement des réseaux sociaux pour les cyber-harceleurs… Voici quelques-unes des mesures du projet de loi dit SREN pour mieux réguler l'espace numérique et protéger les internautes, notamment les plus jeunes, ainsi que les entreprises.
Le projet de loi s'inspire notamment de trois rapports parlementaires sur l'industrie pornographique et sur la souveraineté numérique.
Il a été modifié par le Parlement, qui a tenu compte, lors de la commission mixte paritaire, des deux avis circonstanciés adressés par la Commission européenne au gouvernement demandant que le projet de loi soit mis en conformité avec le droit européen".
Lire l'article sur Vie Publique

« C’est un problème de santé publique » : dans une consultation pour de jeunes enfants « surexposés » aux écrans

"Un petit qui ne parle pas, fixe difficilement du regard… Des parents inquiets viennent chercher un accompagnement à l’hôpital de Bondy, auprès de la pédiatre Sylvie Dieu Osika. En 2019, quand sa consultation a été lancée, l’âge cible se situait avant 11 ans. Désormais, il est passé sous la barre des 3 ans.
Pour la pédiatre, sa sollicitation dans les médias est l’occasion de délivrer un message qui fait écho aux recommandations de santé : pas d’exposition des plus petits avant l’acquisition du langage – 2 ans au moins, dit-elle –, et une exposition très encadrée durant l’enfance. « Ne diabolisons pas : cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas faire un Skype avec les grands-parents et le bébé sur les genoux, regarder des photos de famille ou une petite comptine en vidéo, explique-t-elle. Mais il faut bien comprendre qu’un petit enfant laissé seul devant un écran n’apprend pas, même s’il sait répéter ce qu’il entend. Et, laissé seul trop longtemps devant l’écran, il peut se retrouver dans un état de réelle dépendance. C’est du temps pris sur les interactions familiales, les activités propices au développement moteur et psychoaffectif. »"
Lire l'article du Monde

Médicosocial : 1 964 solutions nouvelles en IDF avant 2030

"Accueil de jour hors les murs, plateforme de services coordonnés... D'ici à 2030, près de 2 000 "solutions nouvelles" seront déployées en Ile-de-France pour améliorer l'accompagnement des personnes handicapées. Focus sur 175 projets retenus en 2024.
Cette initiative s'inscrit dans le cadre du déploiement de 50 000 « solutions nouvelles », principalement dans vingt départements « en tension », promises par Emmanuel Macron lors de la Conférence nationale du handicap en avril 2023 (Lire : 50000 "solutions" nouvelles dans le médico-social d'ici 2030).
Lire l'article sur Handicap.fr

Plan contre la violence des jeunes : “Le discours de Gabriel Attal est dangereux et sociologiquement faux”

"Répression, stigmatisation des parents, mention de l’indiscipline dans Parcoursup… Pour la sociologue Coline Cardi, les mesures annoncées par le Premier ministre entérinent les inégalités scolaires et sociales."
Extrait : "Les statistiques montrent que la violence n’est pas plus importante qu’elle n’a été. En revanche, la tolérance à la violence est moins forte, et le discours politique, avec l’instrumentalisation de ces violences, nourrit des thèses de droite, voire d’extrême droite, autour de la répression et de la faiblesse de l’autorité. Alors qu’il y a évidemment des explications à cet usage de la violence par une certaine jeunesse qu’on stigmatise et qu’on observe aussi plus que les autres — des enfants des cités, des enfants dont on suppose qu’ils sont d’origine musulmane."
Lire l'article de Télérama

Aide Sociale à l'Enfance, République en souffrance

"Qu’ils soient juges pour enfants, référents de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), éducateurs, médecins de la PMI ou assistantes sociales, ces professionnels oscillent entre désarroi, fatalité et colère. Ils dénoncent les défaillances d’un système à bout de souffle : manque de place, de structures, de familles d’accueil, manque d’effectif, de travailleurs sociaux, de formation, manque de temps pour accompagner les enfants ou contrôler ceux qui les accueillent, manque d’argent car l’ASE relève des départements, qui n’en font jamais une priorité.
En 2022, le gouvernement a rappelé les départements à leurs responsabilités, dans une loi censée améliorer les conditions de repérage, d'accueil et d'accompagnement des enfants relevant de l’ASE. Mais les décrets d’application tardent et on est encore loin d’une réforme en profondeur, comme les professionnels du secteur le réclament.
Et pourtant, les statistiques parlent d’elles-mêmes : un sans domicile fixe sur quatre est passé par l’ASE, 30% des mineurs délinquants sont d’anciens enfants placés. Il y a aussi la mort d’enfants qui auraient dû être retirés de leur famille ou d’adolescentes placées dans des lieux inadaptés, faute de place. Pour empêcher ces tragédies, la loi de 2022 qui commence à être appliquée, prévoit l’accompagnement des 18-21 ans, au lieu d’une sortie sèche des dispositifs à leur majorité. Elle interdit aussi les placements à l'hôtel pour les mineurs. Elle systématise le contrôle des antécédents judiciaires des professionnels et des bénévoles qui interviennent auprès des enfants, car les affaires de maltraitance, de violences sexuelles ont aussi terni l’image de l’ASE. Au point que le recrutement de travailleurs sociaux est devenu un casse-tête, tout comme le renouvellement des familles d’accueil".
ecouter le podcast sur France Inter

La loi pour lutter contre l’habitat vétuste est publiée

"Une loi, publiée au Journal officiel du 10 avril 2024, entend lutter contre les habitations insalubres, estimées à près d’un million et demi. Le texte « visant à l’accélération et à la simplification de la rénovation de l’habitat dégradé et des grandes opérations d’aménagement » répond à trois objectifs : prévenir la dégradation des logements, accélérer leur réhabilitation, lutter contre les marchands de sommeil."
Lire l'article des ASH


Revue de presse 16 avril 2024


Avis du Comité national de lutte contre l'exclusion (CNLE) sur les sanctions

"Le présent avis s’ouvre sur la présentation du champ de réflexion du CNLE quant à la notion, la portée et la nécessité de revoir la politique des sanctions. Il rend compte de l’inquiétude des personnes concernées dans une période où l’inscription dans la loi « pour le plein emploi » d’une nouvelle mesure de « suspension-remobilisation » d’une part, de conditionnalité à 15 h d’activité du versement de l’allocation d’autre part font craindre une instabilité accrue des revenus. La dernière partie rassemble de façon thématique les sujets des huit recommandations et des analyses qui ont jalonné le travail de diagnostic du CNLE. Une des principales recommandations est de suggérer aux pouvoirs publics de réfléchir à la définition précise d’un montant qui pourrait être déclaré insaisissable ou sur d’autres éléments de sécurisation de la situation des ménages."
Lire l'avis

Des chercheurs préconisent de modifier le cadre des contrôles d’identité en Europe

"Une étude montre que, si les pratiques diffèrent d’un pays à l’autre, elles se heurtent à des critiques souvent identiques, dont le contrôle au faciès. Deux ONG et trois associations viennent de saisir l’ONU pour le faire cesser en France.
Deux ONG internationales et trois associations françaises ont saisi, jeudi 11 avril, les Nations unies pour faire cesser en France ce qu’elles nomment des « contrôles au faciès ». Dans leur plainte, Amnesty International France et Human Rights Watch, mais aussi Pazapas, le Réseau égalité, antidiscrimination, justice interdisciplinaire (Reaji) et la Maison communautaire pour un développement solidaire (MCDS) ont précisé agir « en raison de l’absence de mesures concrètes, efficaces et pertinentes destinées à mettre fin à la pratique des contrôles d’identité discriminatoires ». Selon les requérantes, la France ne se conformerait pas aux prescriptions de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discriminations raciales, dont elle a pourtant été signataire en 1971."
Lire l'article du Monde

Loi du 15 avril 2024 visant à soutenir l'engagement bénévole et à simplifier la vie associative

"La loi vise à répondre à des problématiques concrètes des associations, locales comme nationales. Elle comporte différentes mesures pour encourager le bénévolat et simplifier la vie des associations, en particulier sur le plan financier." Elle met aussi l'accent sur l'accès à la formation et au congé d'engagement associatif pour les bénévoles.
Lire l'article sur Vie Publique

ONPE : un outil d’évaluation des négligences auprès des jeunes enfants




Revue de presse 9 avril 2024


Existe-t-il des profils types d’auteurs de violence conjugale ?

"Comment des personnes peuvent transformer des relations intimes supposées fondées sur les sentiments, l’égalité et la confiance en un enfer relationnel fait de violences ? Nous avons a priori du mal à le comprendre. En France, les auteurs de violence contre partenaire intime ont longtemps été l’angle mort des connaissances scientifiques et des politiques publiques. On peut l’expliquer par la conjonction d’une priorité légitimement donnée aux victimes, aux difficultés de leur prise en charge et à une pratique judiciaire longtemps essentiellement punitive.
Un point d’inflexion est apparu lors du « Grenelle contre les violences conjugales » de 2019 et notre équipe interdisciplinaire (sociologie, démographie, droit) a alors souhaité combler cet angle mort concernant les auteurs de « violence contre partenaire intime » – selon l’appellation internationale évitant une réduction au stéréotype de la « femme battue ». Nous avons mené une recherche empirique entre 2020 et 2023."



Lire l'article de the Conversation

Travail social : le secteur se mobilise le 4 avril

"Les professionnels du social et du médico-social appellent à la grève jeudi prochain. A travers des manifestations dans toute la France, ils réclament la revalorisation de leurs salaires et la reconnaissance de leurs métiers en peine d'attractivité. « On décompte environ 50 000 postes vacants, une prévision de 150 000 départs à la retraite d’ici 2025, et une baisse du nombre d’étudiants, futurs professionnels, inscrits dans les écoles de travail social ! », résume le communiqué d'appel à la mobilisation nationale du 4 avril prochain, intitulé « Urgence sociale, urgence salariale ».
Depuis plusieurs années, les revendications du secteur se suivent et se ressemblent, témoignant de conditions de travail de plus en plus difficiles. Résultat : les candidats aux professions de l'accompagnement se font rares, ce qui met en péril la prise en charge des personnes les plus vulnérables. En tête du ras-le-bol, les faibles salaires et l'application inéquitable de la prime Ségur de 183 € mensuels dont certains personnels techniques et administratifs sont exclus."
Lire l'article des ASH

Commission d'enquête sur l'ASE : « Il est grand temps pour la représentation nationale d'établir un diagnostic clair

Le groupe Socialistes et apparentés a décidé d'utiliser son droit de tirage annuel pour permettre à la représentation nationale d'investiguer sur « les manquements des politiques de protection de l’enfance ». La commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale a acté le 2 avril la recevabilité de cette demande."
Lire l'article d'enfance et jeunesse infos

Penser la protection des enfants et des adolescents victimes de prostitution

Première séance des rendez-vous de l'ONPE portant sur le thème : accompagner les enfants et adolescents victimes de prostitution, organisés le 23 juin 2023. Animée par Émilie Cole, chargée d’étude à l’ONPE,



Communication alternative et améliorée : "L'enjeu de la formation des professionnels est énorme"

"Alors que la communication alternative et améliorée (CAA) sera rendue obligatoire dans les structures "handicap" d’ici 2027, Paralysie cérébrale France en fait le thème de son congrès, les 4 et 5 avril à Angers. Pour Christelle Trehet-Collet, présidente d’Handicap Anjou et co-organisatrice de l’évènement, il y a urgence à déployer largement ces techniques.
Christelle Trehet-ColletParce qu’on parle beaucoup d’inclusion des personnes handicapées dans la société et de leur autodétermination… Mais comment faire valoir sa capacité à agir et à décider de sa vie, si on ne peut pas communiquer ?
Or, la CAA permet à des personnes ayant d’importantes difficultés de communication de se faire comprendre. Son utilisation est d’ailleurs inscrite dans la Convention des droits des personnes handicapées au nom du droit à la liberté d’expression.
Lire l'article du Média social

L’éducation nationale en a assez des réformes à gogo et des «groupes» gadgets

"On ne connaît pas beaucoup de professions qui, à l’image des enseignants, ont été à ce point ballottées de réformes en réformes sur les dernières décennies, et ne parlons pas des dernières années. Chaque nouveau ministre de l’Education nationale souhaitant imprimer sa marque, voire son nom, pour le meilleur ou pour le pire (à l’exemple de la réforme Blanquer du baccalauréat qu’il a fallu détricoter fissa quand on s’est rendu compte qu’elle était impraticable), les virements et revirements sur l’aile sont légion alors que les problèmes de fond ne sont toujours pas résolus : sous-effectifs et manque de considération.
Quand on sait que l’éducation nationale a vu défiler trois ministres en moins d’un an, la deuxième (Amélie Oudéa-Castéra, pour celles et ceux qui l’auraient oubliée) s’acharnant avec constance à achever de ruiner la crédibilité de la fonction, on comprend les multiples raisons qui poussent ces jours-ci les collèges à se mobiliser contre la dernière réforme en date, les «groupes de niveau»… "

Lire l'article de Libération

«On nous met à la poubelle par un simple courrier» : le Nord tourne le dos à l’insertion par la culture

"Le conseil départemental a choisi de couper ses budgets destinés à financer des actions de réinsertion sociale par la culture. Jeudi 4 mars, au théâtre de la Verrière à Lille, plusieurs responsables associatifs ont alerté sur le risque de désocialisation d’une partie de la population.
«J’ai longtemps été une personne très, très timide, je restais enfermé chez moi. La culture m’a beaucoup aidé ; elle m’a appris à aller vers les gens et à trouver un emploi.» Hervé Guttin, agent d’entretien, s’en excuse presque : «J’ai eu une vie un peu difficile, ça m’a fait perdre beaucoup de confiance en moi.» Puis il y a eu le théâtre, le chant, les sorties proposées par l’association FCP (formation-culture-prévention) qui a appris à lire et écrire, voilà cinq ans, à cet homme de 59 ans. Le Nordiste discret s’est révélé, laissant derrière lui ses années au RSA.
Comme cet habitant de La Madeleine, commune de la métropole lilloise, plusieurs bénéficiaires de ce type d’actions, de travailleurs sociaux et d’éducateurs sont venus témoigner au théâtre lillois de la Verrière, jeudi 4 avril 2024, de leur «incompréhension», leur «colère» et leur «révolte» face à une décision jugée brutale : celle du désengagement financier du conseil départemental du Nord des réseaux insertion et culture.
Lire l'article de Libération


Revue de presse 2 avril 2024


Le Défenseur des droits - Rapport annuel d'activité 2023

"La Défenseure des droits constate une augmentation des réclamations dans l'ensemble de ses cinq domaines de compétence que sont la défense des droits des usagers des services publics, la lutte contre les discriminations et la promotion de l'égalité, la défense des droits de l'enfant, la déontologie de la sécurité et l'orientation et la protection des lanceurs d’alerte.
L'année 2023 a été marquée par une forte augmentation des réclamations, avec près de 138 000 réclamations en 2023, soit une hausse de 10% par rapport à 2022. En 2023, le Défenseur des Droits a enregistré plus de 118 000 appels aux plateformes téléphoniques, soit une hausse de 18% par rapport à 2022."
Extrait : " notre rôle ne s’arrête pas au traitement des réclamations dont nous sommes saisis : notre ambition est d’en tarir la source. Faire en sorte que les services publics retournent au contact des usagers et facilitent l’accès aux droits, que les discriminations soient combattues par une politique publique d’ampleur, que les forces de sécurité retrouvent la confiance des citoyens, que tous les enfants voient leurs droits respectés, que des citoyens puissent lancer des alertes sans être inquiétés : tel est le sens de notre engagement."
Lire le rapport sur Vie Publique

L'ubérisation : une réponse discutable au déficit d'attractivité

"Mettre en relation des professionnels de l'aide et du soin, sous le statut d'auto-entrepreneur, avec des établissements médico-sociaux en mal de main d'œuvre : c'est le pari de plateformes telles que Mediflash. Une forme d'ubérisation du secteur qui préoccupe les pouvoirs publics.
Au cœur du sujet : la plateforme Mediflash, lancée en juillet 2020 par trois anciens étudiants de l’école de commerce HEC, dont Maxime Klein, infirmier mosellan. Leur concept : appliquer au monde sanitaire et médico-social le modèle désormais bien connu des livreurs ou chauffeurs Uber".
Lire l'article du Média social

Revenu jeunes : la transversalité des acteurs territoriaux pour participer à l’émancipation des jeunes…

"Après la Métropole de Lyon, les départements de Haute-Garonne, de Loire-Atlantique, de la Gironde et la collectivité de Martinique, le département de Meurthe et Moselle a lancé le revenu d’émancipation jeunes, une allocation de 500 euros délivrée pendant 6 mois renouvelable une fois pour les jeunes de 16 à 25 ans ayant peu de revenus. Visant l’autonomie, l'émancipation sociale et citoyenne des jeunes, cette aide est audacieuse car sans contreparties.
Les bilans réalisés sur la Métropole de Lyon et le département de Loire Atlantique dressent un bilan positif avec un effet tremplin en Loire Atlantique où un bénéficiaire sur deux n’est pas connu des institutions. D’autres collectivités territoriales proposent des aides ou étudiantes, proches du Revenu Minimum Étudiant : Grande-Synthe, Longwy, Dijon, Cholet…
Lire l'article d'enfance et jeunesse infos

Abécédaire de la protection de l'enfance par Emmanuelle Toussaint et Séverine Euillet

"Bien que l’enfant soit au cœur du dispositif de protection de l’enfance, force est de constater que tant dans les écrits des professionnel.les que dans les productions des chercheur.es, la part laissée à la voix authentique des enfants est minime. Souvent, leurs propos visent à illustrer-étayer les analyses réalisées. Pour autant, lorsque les enfants protégés trouvent une oreille attentive auprès d’un adulte, celui-ci se trouve dépositaire de récits et témoignages forts dans lesquels chaque enfant livre son vécu, rend compte de sa propre réalité, éclairant ainsi des horizons que la vision des adultes tient habituellement hors de portée."
Télécharger l'abécédaire


Revue de presse 26 mars 2024


ESPER, c'est quoi ?

"Actuellement, le manque d'études de cohorte en Protection de l'enfance, que ce soit en France ou dans le monde, est un sujet préoccupant.Aujourd'hui, en France, seulement 4 cohortes sont centrées sur la santé des enfants en France, dont une seule axée sur la protection de l'enfance : PEGASE.
Peu de données existent sur l'état et l'évolution de la santé de ces enfants. Ce qui fait consensus, c’est le mauvais état de santé de cette population lors de leur admission dans le dispositif de protection de l’enfance. Dans ce contexte, la recherche ESPER (Etude de cohorte proSPective des Enfants pRotégés) revêt une importance capitale pour décrire leur état de santé physique, psychique ainsi qu'une évaluation de leur développement.
Découvrir le projet PEGASE

Le gouvernement va lancer une campagne de contrôle de l’ensemble des groupes de crèches

La ministre déléguée chargée de l’enfance et des familles, Sarah El Haïry, veut par ailleurs aligner le cadre réglementaire des microcrèches sur celui des petites crèches, comme le recommande un rapport de l’inspection générale des affaires sociales et de l’inspection générale des finances publié lundi.
Lire l'article du Monde
Lire le rapport de l'inspection générale des finances

L’Uriopss Île-de-France dévoile son premier « baromètre de la protection de l’enfance »

"Ce baromètre met en lumière des tendances marquantes, telles que l’augmentation (en Île-de-France comme à l’échelle nationale) des accompagnements et des prises en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance. On constate également que l’Île-de-France se distingue par une prépondérance des hébergements en établissements, et un accueil familial moins représenté (28,9%) qu’à l’échelle nationale (39,6%). Des disparités s’observent cependant, certains départements franciliens investissant par exemple fortement les Lieux de Vie et d’Accueil ou les Villages d’Enfants.
Par ailleurs, ce rapport met en évidence la forte proportion de jeunes majeurs accompagnés par les Départements franciliens : les publics confiés à l’ASE en Île-de-France sont globalement plus âgés qu’à l’échelle nationale, et 28,2% d’entre eux sont de jeunes majeurs (contre 18,9% à l’échelle nationale), traduisant un réel investissement des Départements en faveur de la préparation à l’autonomie et la lutte contre les « sorties sèches »."

Lire l'article
Télécharger le dossier


Revue de presse 19 mars 2024


Violences intrafamiliales : le Parlement facilite le retrait de l’autorité parentale

"La proposition de loi de la députée socialiste Isabelle Santiago, examinée à tour de rôle dans les deux chambres du Parlement depuis plus d’un an, va désormais pouvoir être promulguée après son adoption à main levée à la chambre haute.
Les députés avaient approuvé le texte dans les mêmes termes lundi 11 mars à l’unanimité, après avoir trouvé un accord avec les sénateurs sur une version de compromis.
La mesure phare de cette proposition de loi vise à permettre le retrait automatique de l’autorité parentale d’un parent condamné pour un crime commis sur son enfant ou sur l’autre parent, ou pour une agression sexuelle incestueuse sur son enfant ; sauf décision contraire et motivée du juge.
« Ce texte est très attendu parce qu’il est de notre devoir de protéger l’enfant victime de son parent agresseur, parce que le foyer doit toujours rester un lieu où l’enfant peut grandir en paix et en sécurité », a souligné le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti, assurant que la législation française deviendrait sur ces sujets « la plus complète et la plus protectrice d’Europe »."
Lire l'article sur Weka.fr

"Il faut rendre la santé mentale plus visible" : le mal-être des jeunes continue à s'aggraver

"Quatre ans après le premier confinement pendant la crise sanitaire, 4 jeunes de 18 à 24 ans sur 10 sont en dépression modérée à sévère, contre 26% avant la crise Covid, selon une nouvelle étude que France Inter vous révèle en exclusivité et en partenariat avec le magazine Marianne".
L'émission s'appuie sur le témoignage en longueur de deux jeunes touchés par ce phénomène.
Ecouter le podcast sur France Inter

La monoparentalité en chiffres : majorité écrasante de femmes, mal-logement, temps partiel…

"Elles représentent près d’un quart des familles en France : les personnes, essentiellement des femmes, qui élèvent seules leurs enfants sont massivement en situation de précarité. A l’occasion du dépôt d’une proposition de loi par la gauche pour améliorer leur quotidien, tour d’horizon illustré de la monoparentalité."
Lire l'article de Libération

Crack à Paris : un collectif dépose un recours contre la « répression arbitraire »

"Fédération Addiction, Addictions France, Oppelia, Safe, Gaïa Paris… Cinq associations du champ de l’addictologie veulent faire annuler l’arrêté de la préfecture de police de Paris du 16 février. Le dernier d’une longue série : depuis avril 2023, l’autorité interdit les regroupements de personnes « sous l’emprise » ou « en manque » de cocaïne base dans certains secteurs de Paris et de la Seine-Saint-Denis."
Lire l'article des ASH

Lisa, Louka, Mathéïs, la triste chronique de trois infanticides annoncés

"Un enfant est tué tous les cinq jours, en France, dans le cadre familial. Presque toujours, les enquêtes montrent que ces crimes sont précédés d’alertes, que la société ne veut pas ou ne sait pas prendre en compte. Pour comprendre cette défaillance collective et systémique, « Le Monde » a retracé trois histoires d’infanticide".
" Trois récits singuliers, aux signaux d’alerte allant crescendo. Tous mettent en lumière, à différents échelons, les défaillances du système pour protéger ces enfants. Contrairement aux féminicides, les infanticides restent vus comme de simples faits divers, non politisés, où la responsabilité de la société est peu interrogée. « Trop souvent, alors qu’on se demande comment on en est arrivé là, l’analyse des affaires révèle des dysfonctionnements systémiques aux conséquences tragiques », note pourtant l’avis de la commission nationale consultative des droits de l’homme du 13 décembre 2023 sur les morts violentes d’enfants dans le cadre familial."
Lire l'article du Monde

Handicap : lever le tabou des violences sexuelles en établissement

"Un cri. Un professionnel penché sur le buste dénudé d’une résidente lourdement handicapée. Une aide-soignante qui s’alarme et alerte. Le salarié qui évoque ses pulsions sexuelles. La direction porte plainte et le licencie pour faute grave. Mais l’inspection du travail conteste le licenciement en raison de son statut de salarié protégé par un mandat syndical.
Ces faits se sont produits dans une maison d’accueil spécialisée (MAS) du nord ouest de la France en août 2022. « En cas de licenciement d’un salarié protégé, l'inspection du travail doit juger si la faute est suffisamment grave pour l’accepter, et s’assurer que les faits établis n’ont rien à voir avec sa fonction de délégué syndical. Je découvre avec stupeur qu'elle considère que la preuve absolue n’est pas établie malgré les faits et témoignages convergents », décrit le directeur de l’établissement."
Lire l'article du Media social


Revue de presse 12 mars 2024


Les politiques publiques en faveur de la mobilité sociale des jeunes

Le rapport de France stratégie "éclaire les phénomènes de reproduction sociale dans les parcours scolaires comme professionnels des jeunes sur les quatre dernières décennies. Cette analyse tout au long du cycle de vie permet d’identifier les principaux déterminants de la mobilité sociale et les politiques menées au regard de ces derniers. La publication propose également une cartographie originale des dispositifs et moyens déployés par l’État pour y remédier par grands domaines de l’action publique en faveur des jeunes : éducation, emploi et insertion professionnelle.
Les auteurs analysent plusieurs dispositifs publics visant à corriger les inégalités sociales et ayant fait l’objet de réformes significatives depuis 10 ans : mixité sociale et scolaire, obligation de formation 16-18 ans, quotas de boursiers dans Parcoursup, apprentissage dans le supérieur, compte personnel de formation (CPF) et plan d’investissement dans les compétences (PIC). Pour chacun d’eux sont recensées les pistes d’amélioration présentes dans le débat public".
Lire l'article sur Vie publique
Télégharger le rapport

Plaidoyer pour la mixité scolaire avec François Dubet

"Comment briser le “ghetto scolaire”? Débat avec le professeur de sociologie émérite à l’université Bordeaux II, directeur d’études à l’EHESS, François Dubet qui publie, avec l’ancienne ministre de l’éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem, “Le ghetto scolaire” (La République des Idées, Seuil)."
Ecouter l'émission sur France terre
Lire l'introduction du livre

Revenu jeunes : la transversalité des acteurs territoriaux pour participer à l’émancipation des jeunes…

"Plus d'un quart des jeunes vivant sous le seuil de pauvreté en France, selon la DARES. Chez les 18 à 29 ans, ce taux a augmenté de 50% entre 2002 et 2018.
Après la Métropole de Lyon, les départements de Haute-Garonne, de Loire-Atlantique, de la Gironde et la collectivité de Martinique, le département de Meurthe et Moselle a lancé le revenu d’émancipation jeunes, une allocation de 500 euros délivrée pendant 6 mois renouvelable une fois pour les jeunes de 16 à 25 ans ayant peu de revenus. Visant l’autonomie, l'émancipation sociale et citoyenne des jeunes, cette aide est audacieuse car sans contreparties.
Les bilans réalisés sur la Métropole de Lyon et le département de Loire Atlantique dressent un bilan positif avec un effet tremplin en Loire Atlantique où un bénéficiaire sur deux n’est pas connu des institutions. D’autres collectivités territoriales proposent des aides ou étudiantes, proches du Revenu Minimum Étudiant : Grande-Synthe, Longwy, Dijon, Cholet…
Ces soutiens aux revenus des jeunes interrogent l’orientation du soutien apporté aux jeunes, ciblé en priorité sur l’emploi, et bien moins vers une ambition plus universaliste et inclusive.
Lire l'article sur enfancejeunesseinfo.fr

À Mayotte, changer le droit du sol ne fait pas forcément baisser le nombre de naissances issues de parents étrangers

"En visite à Mayotte le 11 février dernier, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a fait part dès sa descente d’avion de la volonté du président de la République Emmanuel Macron d’inscrire la fin du droit du sol à Mayotte dans une révision constitutionnelle. Malgré de vives critiques, une semaine plus tard, Emmanuel Macron défendait son projet, déclarant : « Mayotte est la première maternité de France, avec des femmes qui viennent y accoucher pour faire de petits Français. Objectivement, il faut pouvoir répondre à cette situation ».
Si cette dynamique de restriction du droit du sol marque une rupture sans précédent depuis la période coloniale, il est important de noter qu’elle n’est pas entièrement nouvelle à Mayotte, où une réforme significative du droit du sol a déjà été opérée en 2018.
Quels sont les effets de cette réforme et comment éclairent-ils les débats actuels ?"
Lire l'article de the conversation


Revue de presse 5 mars 2024


Hébergement d'urgence : la justice reconnaît que c'est un droit inconditionnel pour tout sans-abri en détresse

"Un préfet peut-il décider de mettre un terme à l'hébergement d'urgence de personnes seules ou de familles au motif que celles-ci sont en situation irrégulière ? La question était examinée par le tribunal administratif de Toulouse. Voici ce qu'il faut en retenir. Le tribunal administratif de Toulouse annule un ensemble de décisions du préfet de Haute-Garonne mettant un terme à l'hébergement d'urgence de personnes seules et de familles, annonce, ce jeudi 29 février 2024, la juridiction dans un communiqué.
Pour motiver ses décisions le tribunal s'est fondé sur le Code de l'action sociale et des familles. Celui-ci prévoit notamment que "toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale, a accès à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence."
Lire l'article de France 3- franceinfotv

"Ces activités de protection de l’enfance, organisées à travers des associations intermédiaires, se retrouvent soumises aux nouvelles règles, plus contraignantes, de l’insertion par l’activité économique (IAE)."
Lire l'article du Media social

Coupes budgétaires : le champ de l'insertion redoute "la déconstruction d'un système vertueux"

"Décidément, la décision du gouvernement de procéder à des coupes importantes dans les budgets sociaux suscite des réactions très courroucées. Dernière en date, un collectif de 18 acteurs de l'insertion sociale et professionnelle (dont les Apprentis d'Auteuil) alerte sur « l'impact auprès des personnes vulnérables ». Le programme « accès et retour à l'emploi » devrait ainsi perdre 228 millions d'euros (M€).
Ces organisations considèrent que la mise en place voici cinq ans du Plan d'investissement dans les compétences (PIC) a permis de constituer un « système vertueux » permettant – via l'embauche de 500 professionnels – de remobiliser 25 000 personnes dont 70 % auraient retrouvé un emploi. Or « la suspension ou la réduction des crédits promis met des centaines de dispositifs en risque d’arrêt brutal », alerte le collectif."
Lire l'article du media social


Revue de presse 27 fevrier 2024


Sorj Chalandon, le juste et le vrai »

"Entre Jacques Rougeron, le héros bègue du premier roman de Sorj Chalandon, Le petit Bonzi et Jules Bonneau, qui s’enfuit de la colonie pénitentiaire de Belle-Île dans le dernier, L’Enragé, il y a un point commun : l’enfance maltraitée de Sorj Chalandon. L’histoire d’un enfant en manque d’amour qui a mis du temps à desserrer les poings pour saisir les mains tendues. "Jacques n'avait pas les mots pour répondre à ceux qui se moquaient de son bégaiement, alors, j'ai offert à Jules de se libérer avec les poings" explique l'écrivain."
Le récit et les analyses de Sorj Chalandon sur sa relation avec un père violent et mythomane sont très instructifs.
ecouter le podcast sur France culture

Dossier juridique : Le tiers digne de confiance

"La loi de protection des enfants du 7 février 2022, dite loi « Taquet », a introduit l’obligation d’évaluer systématiquement la possibilité de placer un enfant en danger, ou risque de l’être, auprès d’un tiers digne de confiance avant toute décision de placement institutionnel. Qui peut assumer ce rôle ? Comment est-il désigné ? Quel est son statut ? Présentation.
Le tiers digne de confiance peut se voir confier un mineur par le juge des enfants si ses parents ne sont pas aptes à l’accueillir. Il s’agit d’une alternative au placement dans un service départemental de l’aide sociale à l’enfance (ASE), dans un service ou un établissement habilité pour l’accueil de mineurs à la journée ou suivant tout autre modalité de prise en charge ou encore dans un service ou à un établissement sanitaire ou d’éducation – ordinaire ou spécialisé –, énumère l’article 375-3 du code civil. Cet article, créé par la loi n° 70-459 du 4 juin 1970 relative à l’autorité parentale, a été modifié à plusieurs reprises, jusqu’à la loi n° 2022-140 du 7 février 2022 relative à la protection des enfants, dite loi « Taquet ». Cette dernière a introduit la priorité à un placement auprès d’un proche, dont « le tiers digne de confiance »."
Lire le dossier des ASH

Placement éducatif à domicile : y voir plus clair

"Dans un avis en date du 14 février 2024, la Cour de cassation considère le placement éducatif à domicile (PEAD) comme étant une mesure d’assistance éducative en milieu ouvert (AEMO) et non comme une mesure de placement. Cette qualification juridique va-t-elle mettre fin à l'ambiguïté de ce mode d'intervention ?
Le placement éducatif à domicile (PEAD) conjugue une décision d'accueil avec le maintien de l'enfant dans son milieu familial assorti d'un accompagnement soutenu. La structure responsable de la mise en œuvre de la mesure peut retirer immédiatement l'enfant à sa famille en cas d’urgence avérée (crise au domicile familial, danger, imprévu) et le confier temporairement à un service ou une famille d'accueil le temps de réévaluer la situation.
Le PEAD ne fait pas l'unanimité auprès des professionnels de la protection de l'enfance. En décembre 2019, la Démarche de consensus sur l’intervention à domicile pointait « les fragilités juridiques » du PEAD et faisait état d' « une crainte » de voir ce dispositif se substituer « pour des raisons économiques, à des accueils avec séparation »"
Selon la Cour de cassation, le placement à domicile doit s’analyser comme étant une mesure d’AEMO
Lire l'article d'enfancejeunesseinfos.fr

Drancy : la classe aux 100 % de bacheliers

"Au lycée Eugène Delacroix à Drancy, une classe de terminale obtient tous les ans 100 % de réussite au bac. Minozan a fait partie de ces élèves pas comme les autres. Il raconte aujourd'hui comment la méthode mise en place par deux de ses professeurs lui a permis de réussir, à l'école et dans la vie."
ecouter le Podcast sur France Culture


Revue de presse 20 fevrier 2024


Handicap : alerte rouge sur l'aide à domicile

"Si la crise de l'aide à domicile sévit depuis plusieurs années, ses conséquences, sur les personnes handicapées notamment, ont atteint une ampleur inédite, alertent les associations. Lesquelles réclament une action immédiate, mais aussi une réforme de fond.
Des professionnels non remplacés et donc des heures non effectuées, un fort turnover, un manque de formation de ceux qui interviennent… : la crise de recrutement que connaît actuellement l'aide à domicile a des répercussions concrètes et dramatiques sur les personnes handicapées vivant à domicile.
En particulier celles dont le handicap exige une aide humaine importante au quotidien".
Lire l'article du Media social

Etude Solitudes : en 2023 en France, une personne sur 10 est en situation d’isolement total

"« Une personne est isolée lorsqu’elle ne rencontre pas physiquement les membres de 5 réseaux de sociabilité : le travail, la famille, les relations amicales ou professionnelles et le milieu associatif », explique la chercheuse au Cerlis Séverine Dessajan. Cette nouvelle étude confirme l’ampleur de ce phénomène : en 2023, 12 % des Français se trouvent en situation d’isolement total, et une personne sur 3 n’a aucun ou qu’un seul réseau de sociabilité. En ce qui concerne le sentiment de solitude, 1 personne interrogée sur 5 indique se sentir régulièrement seule (21 %). Parmi elles, 83 % souffrent de cette situation, un chiffre en progression de 4 points par rapport à 2020."
Acceder à l'étude

RSA : comment la réforme se met en place

"La loi « plein-emploi » prévoit de généraliser un « accompagnement rénové » des allocataires du RSA avec notamment 15 heures d’activité par semaine obligatoires. Depuis quelques mois, 18 territoires expérimentent ce dispositif, soutenus par d’importants moyens.
Le Premier ministre, Gabriel Attal, l’a rappelé lors de son discours de politique générale, devant l’Assemblée nationale, le 30 janvier : la réforme du revenu de solidarité active, le RSA, prévue par la loi « plein emploi » du 18 décembre 2023, s’appliquera au 1er janvier 2025. Les départements devront alors orienter rapidement les allocataires vers un accompa­gnement systématique adapté à leur profil. Dès cette année, 47 territoires seront concernés par l’expérimentation.
Son contenu et ses objectifs seront formalisés dans un contrat d’engagement, qui imposera au bénéficiaire 15 heures de démarches actives par semaine, sous peine de sanctions. Depuis quatre à huit mois, 18 territoires testent cet « accompagnement renforcé » et ­France Travail, qui a remplacé Pôle emploi, se félicite de résultats « très encourageants ». Au 2 janvier, 16 300 allocataires sont entrés dans le dispositif et « 30 % des personnes en parcours “emploi” ont retrouvé un poste au bout de quatre mois, c’est très rapide et le résultat de l’intensité de l’accompagnement », estime Paul ­Bazin, directeur général adjoint (DGA) chargé de l’offre de service à France Travail.
Lire l'article de la gazette des communes

"J'arrivais pas à gérer mes émotions, maintenant ça va mieux" : une unité mobile de pédopsychiatrie accompagne des enfants placés

"Haut comme trois pommes, un petit garçon de cinq ans s'approche de la voiture de Laurence Leblond. L'enfant vit actuellement en foyer d'urgence à Marseille, et souffre de troubles du comportement. Laurence Leblond est infirmière pédopsychiatrique. Elle travaille au sein de l'équipe mobile intersectorielle pour enfants confiés (EMI ECO) à Marseille. Chaque jour elle part à la rencontre de ces enfants confiés à l'Aide Sociale à l'Enfance. La plupart d'entre eux a vécu la maltraitance.
Cette unité composée d'une dizaine de soignants, est soutenue par l'AP-HM et l'hôpital psychiatrique de Valvert. Et depuis son ouverture il y a moins de deux ans, son activité a été multipliée par 6, signe que les structures manquent, pour accueillir ces enfants trop nombreux".
Lire l'article de France Info


Revue de presse 13 fevrier 2024


Gouvernement Attal : menace sur le logement social

"« Mes amis, au secours ! » : ce sont les mots de l’abbé Pierre, le 1er février 1954, pour alerter le pays sur la situation des sans-abri. Soixante-dix ans plus tard, le logement des plus pauvres fait encore la honte de la France. 330 000 personnes n’ont pas de domicile. 2 800 enfants sont à la rue. 2,6 millions de ménages sont en attente d’un logement social".


Violences intrafamiliales et inceste : les sénateurs votent à leur tour la suspension de l’autorité parentale dès le stade des poursuites

"Le Sénat a adopté, le 6 février, avec modifications, en deuxième lecture, la proposition de loi visant à mieux protéger et accompagner les enfants victimes et covictimes de violences intrafamiliales. La députée socialiste Isabelle Santiago, à l'initiative de la proposition de loi, espère un « rétablissement du texte initial » en commission mixte paritaire.
Si la proposition de loi visant à mieux protéger les enfants victimes de violences intrafamiliales fait l'unanimité chez les parlementaires, deux dispositions du texte font toutefois l'objet d'un désaccord entre les deux chambres. « Le seul article faisant encore l'objet de débats est le premier », constate Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, devant le Sénat, le 6 février. L'un des points qui divise députés et sénateurs (de droite) est la durée de la suspension de l'exercice de l'autorité parentale du parent poursuivi dans les cas de violences intrafamiliales ou d'inceste"
Lire l'article de enfancejeunesseinfos

Burn-out des travailleurs sociaux, l'échec du collectif

"Les travailleurs sociaux sont particulièrement touchés par le burn-out. Épuisés, non tant par la relation avec les usagers que par leur contexte de travail et la perte de sens qui peut y être liée. Les burn-out d'individus sont le symptôme d'une organisation collective défaillante, dont dirigeants, cadres et équipes devraient pouvoir discuter ensemble.
Le burn-out, c'est quoi ? « C’est avoir son travail dans la tête H 24, c’est optimiser, rentabiliser le moindre espace-temps pour réussir à répondre aux objectifs, […] c’est être dans le déni de ce qu’il vous arrive, c’est être épuisée, c’est se lever le matin et avoir tout de suite l’envie de pleurer, […] c’est être en réunion et éprouver un poids, une masse sur le sommet de la tête comme si vous alliez faire un AVC, c’est s’être sentie toute-puissante et tellement performante […] c’est un jour perdre l’intégralité de vos données, c’est les chercher dans votre tête et ne plus les retrouver. »"
Lire l'article du Média social

Podcast : Knowledge et le CDI

"Du haut de ses 14 ans, Knowledge a pratiquement toujours vécu en famille d’accueil. C’est à l’âge d’un mois qu’elle arrive dans un premier foyer, dans lequel elle restera jusqu’à ses 10 ans. Elle tisse avec la femme qui l’accueille alors un lien très étroit, presque maternel. Mais l’année de ses 10 ans, Knowledge change brusquement de famille d’accueil, sans pouvoir dire au revoir à sa mère de substitution. Elle arrive dans une deuxième maison, "un endroit sec, rigide, austère" où ses libertés sont restreintes. Knowledge ne s’entend pas avec sa nouvelle tutrice et la situation devient rapidement compliquée pour la jeune fille, "quand elle était en colère contre moi elle me répétait "oh je regrette de t’avoir pris", ses mots ça m’anéantissait, je pleurais"."
Ecouter l'émission de LSD

Justice sociale : quand les algorithmes de la CAF discriminent les plus précaires

"Pendant que le gouvernement simplifie les règles pour les agriculteurs, les familles les plus précaires sont toujours victimes des algorithmes de la CAF, alimentés par des règles complexes et opaques reflétant une idéologie anti-pauvre, nourrie de préjugés.
Dans une lettre ouverte du 6 février, plus d’une vingtaine d’associations — dont Changer de Cap, ATD Quart Monde, le Secours Catholique, Emmaüs France, la Fondation Abbé Pierre, la Cimade, et bien d’autres — demandent à la Caisse des Allocations Familiales (CAF) de cesser d’avoir recours à ces algorithmes de ciblage des allocataires potentiellement en fraude.
En décembre, une enquête extrêmement détaillée parue dans Le Monde avait en effet montré que les procédures automatiques pour identifier des fraudeurs potentiels avaient comme conséquence le ciblage systématique des parents isolés, des plus pauvres, et des bénéficiaires de l’allocation de handicap".
Ecouter l'émision sur France Culture


Revue de presse 05 fevrier 2024


Loi immigration : sanctions accrues contre les marchands de sommeil

"La loi du 26 janvier 2024 durcit les sanctions contre les marchands de sommeil qui hébergent des étrangers en situation irrégulière, et prévoit de délivrer un titre de séjour aux sans-papiers qui portent plainte contre le propriétaire qui abuse d'eux.
Entre 500 000 et 520 000 logements du parc privés sont considérés comme potentiellement indignes en métropole et en Outre-mer.
Tandis qu'un projet de loi a été adopté en première lecture à l'Assemblée nationale le 23 janvier 2024 pour accélérer la rénovation de l'habitat dégradé, la loi immigration du 26 janvier 2024 durcit les sanctions liées à l'habitat insalubre."
Il faut savoir que « le fait d'être en situation irrégulière est un facteur déterminant dans la situation de mal-logement », alertait Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, lors de la présentation d'un rapport consacré au mal-logement des personnes étrangères en situation irrégulière en 2021. En effet, le marchand de sommeil, « un propriétaire qui abuse de ses locataires en louant très cher un logement indigne, les mettant directement en danger » (dixit le ministère de la Cohésion des territoires), prospère avec « la précarité administrative » des étrangers sans papiers".
Lire l'article du Média social

La santé fragile des enfants de l’aide sociale

"Nouveau-nés qui restent seuls pendant des mois dans une chambre d’hôpital, adolescents en crise que l’on sédate faute de places dans des structures adaptées : les enfants de l’aide sociale sont en moins bonne santé que les autres.
Les études scientifiques le montrent : quand un homme croise un ours en forêt, et qu’il est pris de panique, son organisme sécrète du cortisol et de l’adrénaline qui lui seront nécessaires pour combattre l’animal ou pour le fuir. Mais que se passe-t-il s’il croise un ours tous les jours ? C’est à cela que les médecins préoccupés par la santé des enfants victimes de violences répétées, ont voulu répondre. Comment réagit le corps d’un enfant battu qui retrouve son agresseur tous les soirs ? Quelles sont les séquelles des traumatismes infantiles sur l’organisme ? “Les violences et les négligences subies dans l’enfance vont avoir des conséquences sur le système neuro-immuno-endocrino-génétique des adultes”, répond Céline Gréco, cheffe du service médecine de la douleur et palliative à l’hôpital Necker-Enfants malades à Paris (AP-HP) et présidente de l’association Im’Pactes qui vise à promouvoir la santé et la scolarité des enfants placés. Les enfants victimes de violence perdraient jusqu’à 20 ans d’espérance de vie. “Ils vont développer deux fois plus de maladies cardio-vasculaires, de cancers, d’AVC, trois fois plus d’insuffisances respiratoires, 11 fois plus de démences, il y aura 37 fois plus de syndromes dépressifs et de tentatives de suicide...”, détaille le Dr Gréco."
Lire l'article sur le site de France Inter

Forte hausse des pensées et des tentatives de suicide des jeunes adultes français, selon une étude

"Les pensées suicidaires ont été multipliées par plus de deux depuis 2014 chez les 18-24 ans (passant de 3,3 % à 7,2 % en 2021), les tentatives de suicide déclarées au cours de la vie ont augmenté de 50 % par rapport à 2017 (passant de 6,1 % à 9,2 %) et celles déclarées les douze derniers mois de plus de 60 % (de 0,7 % en 2017 à 1,1 % en 2021).
Ces résultats « constituent un changement important, puisque [les pensées suicidaires] étaient inférieures ou comparables [là celles des] autres tranches d’âge de la population dans les baromètres santé qui ont précédé la pandémie de Covid-19 », rappelle l’agence de santé publique. Cette inversion de tendance vient « confirmer la progression importante du mal-être chez les plus jeunes ».
Dans cette tranche d’âge, la santé mentale des jeunes femmes semble particulièrement affectée : la prévalence des pensées suicidaires atteint 9,4 % des femmes de 18-24 ans ; celle des tentatives de suicide au cours de la vie, 12,8 % ; et celle des tentatives de suicide au cours des douze derniers mois, 2 %."
Lire l'article du Monde

« Jeunes des bourgs » et « jeunes des tours » piégés dans un même ascenseur social grippé

"Plusieurs études et sondages récents pointent les difficultés d’orientation, entre autres embûches sur le chemin de l’accès à l’emploi, rencontrées par toute une partie des jeunes Français. Coût des études et des frais annexes trop élevé, manque de projection dans l’avenir, mobilités entravées par la concentration urbaine de l’enseignement supérieur : les freins culturels comme financiers sont aujourd'hui connus, et partagés aussi bien par les jeunes issus de milieux modestes habitant les quartiers Politique de la ville comme ceux ayant grandi dans des villages ruraux. Si une grande partie de la réponse appartient à l’État, les collectivités ont aussi leur rôle à jouer pour changer la donne."
"Seuls 7% des enfants issus de familles d’origine sociale à dominante ouvrière exerceront une profession intellectuelle supérieure… contre 81% de ceux nés dans une famille majoritairement composée de cadres et CSP+. « L’ascenseur social s’est arrêté dans les années 2000, et il n’a pas redémarré depuis » tance Antoine Dulin, qui s’appuie sur les chiffres d’un rapport de France Stratégie."
Lire l'article sur le courrier des maires


Revue de presse 24 janvier 2024


Tribune : « Signaler un cas de maltraitance sur un enfant résulte de la liberté de conscience des médecins, pas de leur obligation »

"Dans une tribune au « Monde », un collectif, porté par l’avocat Clément Bossis, rappelle que la cause – inattaquable – de la protection de l’enfance ne doit pas sacrifier le secret médical et la préservation de nos intimités, socle du respect du droit à une vie privée et familiale."
Lire l'article du Monde

"Beaucoup d'étudiants ne reçoivent rien de leurs parents" : comment lutter contre la précarité alimentaire et numérique

"La Feder, Fédération des Etudiants Rouennais, alerte sur la précarité croissante des étudiants. L'association a distribué récemment sept tonnes de denrées alimentaires, tandis qu'elle participe avec un opérateur de téléphonie, au "don de giga" pour les étudiants dépourvus d'outils numériques.
Sept tonnes de denrées alimentaires distribuées en quelques jours à plus de 400 étudiants de la région rouennaise. Le chiffre est alarmant, et atteste de la grande précarité dans laquelle certains étudiants se débattent."
Lire l'article de France 3 Normandie

Les « stages kebab », reflets des difficultés dès la 3ᵉ pour les jeunes des quartiers populaires

"Chaque année, de nombreux élèves issus de milieux défavorisés effectuent un stage d’observation par défaut, n’ayant pu trouver des entreprises plus prestigieuses prêtes à les accueillir. Une première expérience de discrimination.
Dans les quartiers populaires, on les appelle les « stages kebab ». Ces stages par défaut que de nombreux jeunes de banlieue vont faire dans un kebab, une épicerie, un centre social, une pharmacie du quartier, souvent tenus par un proche, faute d’avoir trouvé une expérience plus enrichissante dans la grande ville du coin. Se tenant sur cinq jours, généralement entre décembre et février en fonction des établissements, le stage d’observation en milieu professionnel, obligatoire en classe de 3e, devient ainsi le reflet des discriminations vécues par les jeunes issus de familles défavorisées, souvent sans réseau professionnel, et illustre la difficulté, dès le plus jeune âge, de s’extraire du quartier."
Lire l'article du Monde

Handicap : lettre ouverte à Gabriel Attal

"Le Collectif Handicaps, qui regroupe 52 associations nationales représentatives des personnes en situation de handicap, de leur famille et des proches aidants, adresse un courrier ce 19 janvier 2024 au nouveau Premier ministre, à quelques jours de sa déclaration de politique générale. Extrait : Le pays ne s’est toujours pas doté d’une politique ambitieuse et volontariste en faveur de l’autonomie de vie des personnes, quels que soient leur âge, leur état de santé ou leur situation de handicap. Les annonces répétées sur les « 50 000 nouvelles solutions » sont bien insuffisantes pour répondre aux difficultés rencontrées quotidiennement par les personnes handicapées du fait de la pénurie de professionnels du soin et de l’accompagnement (à domicile comme en établissement) et de l’ineffectivité du droit à compensation du handicap (barrière d’âge, non-prise en compte de besoins essentiels, restes à charge entraînant des renoncements aux droits, etc.). Les familles continuent de pallier les carences de l’Etat en endossant le rôle d’aidant, au détriment souvent de leur vie professionnelle et de leur santé – et ce sans être dûment relayées et sans que le rôle d’aidant soit pleinement reconnu."
Lire l'article des ASH

Inceste : des expertes indépendantes mandatées par l’ONU appellent la France à « agir de toute urgence »

"Plusieurs expertes indépendantes de l’ONU ont appelé, vendredi 19 janvier, la France à « agir de toute urgence » pour protéger les enfants contre l’inceste et toutes les formes d’abus sexuels, et mettre fin aux « traitements discriminatoires » subis par les mères qui les dénoncent.
Ces expertes − deux rapporteuses spéciales et les cinq expertes du groupe de travail sur la discrimination à l’égard des femmes et des filles − demandent aux autorités françaises de « s’attaquer aux traitements discriminatoires et aux violences subies par les mères qui tentent de protéger leurs enfants de la prédation sexuelle ».
« Malgré des allégations crédibles d’abus sexuels et de violences incestueuses sur des enfants par leur père, la France a fait peu de cas des principes de précaution et de l’intérêt supérieur de l’enfant, et a autorisé la maltraitance de leurs mères », accusent ces expertes, qui sont mandatées par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, mais ne s’expriment pas au nom de l’organisation elle-même."
Lire l'article du Monde

Loi Immigration : au moins 110 000 personnes, dont 30 000 enfants, pourraient perdre leurs droits sociaux, selon une étude

"Dans une note publiée ce vendredi 19 janvier, le collectif Nos services publics mesure les conséquences concrètes de la loi Immigration si elle venait à être promulguée en France, notamment son volet sur la "préférence nationale". Selon le rapport, elle plongerait au moins 110 000 personnes dans la grande pauvreté.
Il s’agit d’une des dispositions du projet de loi Immigration les plus contestées : la "préférence nationale" dans les aides sociales. D’après le collectif d’agents publics Nos services publics, ce volet de la loi pourrait engendrer la perte des droits sociaux de plus de 100 000 personnes, dont 30 000 enfants.
Des chercheurs et des fonctionnaires de l'État ont publié une note de 17 pages vendredi 19 janvier, dans laquelle ils sont catégoriques : la loi Immigration, votée au Parlement le 19 décembre dernier, instaure une "préférence nationale" sur "les prestations familiales et les allocations logement, qui cible de facto les personnes les plus précaires et les enfants"."
Lire l'article sur Infomigrants.net


Revue de presse 17 janvier 2024


Les ghettos scolaires de riches et de pauvres ont des effets explosifs sur la cohésion sociale

"Pour un collectif d’écologistes dont Marine Tondelier et Philippe Meirieu, la ségrégation sociale dans les établissements contribue à la défiance envers les institutions et les valeurs de la République. Ils proposent une solution : que les établissements ne comptent pas plus de 60 % d’élèves favorisés ou défavorisés".
Lire l'article de Libération

« Si le récit égalitaire perdure, l’Etat organise une forme d’optimisation scolaire »

"Comment relancer la démocratisation de l’enseignement scolaire alors que quatre types d’école cohabitent, s’interroge, dans une tribune au « Monde », le chercheur et spécialiste des enseignants Laurent Frajerman. « Le rêve de l’école commune s’éloigne », estime-t-il.
Extrait : "Quatre types d’école cohabitent, donc : l’école publique normale, celle en éducation prioritaire, l’école publique élitiste, et l’école privée. Aujourd’hui, avec le développement d’un marché scolaire, nous vivons une nouvelle phase. L’Etat aggrave la fracture existante en créant des établissements dérogatoires et de nouvelles filières élitistes sélectionnant par les langues, critère socialement discriminant. Pire, il subventionne massivement sa propre concurrence, l’enseignement privé."
Lire l'article du Monde

« Quand on voit comment les fractures se développent en France, on attend que les maisons des jeunes et de la culture soient soutenues. Elles ne le sont pas »

"On parle souvent des MJC quand elles vont mal. C’est injuste mais à l’image de leur mission : ingrate, loin des paillettes, sur des terrains rudes, avec des moyens modestes. Les quelque mille maisons des jeunes et de la culture, plantées partout en France, sont au cœur de ce qu’on appelle l’éducation populaire : aider à construire des citoyens, notamment par la création.
Il en existe une, de MJC, doublée d’un centre social, dans le difficile quartier de la Monnaie, à Romans-sur-Isère (Drôme). S’adressant pour beaucoup à des collégiens français issus de l’immigration, elle a pour nom maison citoyenne Noël-Guichard. Son rôle est de faire corps avec le quartier. Alors, elle s’est retrouvée associée au drame de Romans, quand neuf jeunes en majorité originaires de cette cité ont été mis en examen après une violente bagarre, le 18 novembre, au cours de laquelle Thomas, 16 ans, est mort poignardé. Dix jours plus tard, en évoquant les violences à la Monnaie, BFM-TV afficha des images de la MJC.
Les responsables de cette maison, que nous avons joints, savaient bien que ce n’était pas pour parler d’un atelier musique ou cuisine. Mais pour savoir pourquoi ils ont fermé leurs portes du 24 au 29 novembre, le personnel ayant invoqué son « droit de retrait ». Pourquoi un site socioculturel ferme-t-il au moment où le quartier en a le plus besoin ?
Pour protéger le personnel. Sécuriser aussi une maison prise en étau entre « quelques jeunes du quartier ultraviolents » et des « nazillons à l’extérieur ». Les incidents se sont en effet multipliés depuis quelque temps : une salariée agressée, une autre recevant une pierre sur la tête, un départ d’incendie devant la MJC, un caillassage… Durant les émeutes en France en juillet, la directrice de la MJC a dû accourir en soirée afin de protéger le bâtiment. En 2019, trois salles avaient été détruites par un incendie criminel – la bibliothèque, le bureau de l’écrivain public et une salle d'activité"
Lire l'article du Monde

RSA : « Seuls des travailleurs sociaux formés peuvent accompagner correctement les allocataires »

"Présidente d’ATD quart monde, Marie-Aleth Grard dénonce le prisme affiché par le gouvernement dans sa réforme pour le plein emploi. Principale mesure contestée : les 15 à 20 heures d’activités hebdomadaires imposées aux bénéficiaires du RSA dans le cadre de « l’accompagnement rénové des allocataires ».
Lire l'article des ASH

En prison sur ordonnance

"Une plongée au cœur d’une unité hospitalière spécialement aménagée, au sein du groupe hospitalier Paul-Guiraud, des détenus de toute l’Ile-de-France sont pris en charge pour des troubles psychiques graves et nécessitant des soins psychiatriques 24 heures sur 24. Schizophrénies, troubles délirants, personnalités borderline, psychopathie… comme nous le précise le Dr Urea "La pathologie principale, c'est la maladie psychiatrique, souvent la schizophrénie. C'est une maladie de toute une vie, avec difficulté supplémentaire pour ceux qui sont désinsérés. C'est une maladie difficile à vivre pour tout le monde, mais pour un détenu, c'est épouvantable.
Dans ce bâtiment, dont les chambres ont des barreaux aux fenêtres, une soixantaine de détenus hommes et femmes, condamnés ou prévenus, sont repartis sur trois secteurs. Les hospitalisations sous contrainte, les hospitalisations avec consentement et celles des patients en voie de stabilisation."
Ecouter le podcast de LSD sur France Culture


Revue de presse 08 janvier 2024


Un plan grand froid et 120 millions d’euros pour l’hébergement d’urgence

"Alors que des températures glaciales sont prévues pour les jours à venir, plusieurs préfectures ont activé le plan grand froid. Le ministre délégué au Logement, Patrice Vergriete, a pour sa part annoncé 120 millions d’euros supplémentaires pour l’hébergement d’urgence."
Lire l'article de la Gazette des communes

La loi "Valletoux" restreint le recours à l'intérim dans les ESSMS

"La loi du 27 décembre 2023 visant à "améliorer l’accès aux soins par l’engagement territorial des professionnels" a été publiée au Journal officiel du 28 décembre 2023. Porté par le député Frédéric Valletoux (Horizons, Seine-et-Marne), et ancien président de la Fédération hospitalière de France (FHF), ce texte de loi acte l'interdiction de l'intérim en début de carrière soignante dans certains établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS).
Cette loi vise à « mieux accompagner les soignants dans le passage du statut d’étudiant à celui de professionnel de santé », souligne le ministère de la Santé, dans un communiqué du 29 décembre."
Lire l'article sur enfancejeunesseinfo.fr

Ne pas faire des personnes handicapées en Belgique des "laissées-pour-compte"

"Le Conseil économique, social et environnemental des Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur la situation des Français handicapés résidant en Belgique. S'appuyant sur un rapport qui met en lumière la qualité de l'accompagnement dans ce pays, il plaide pour des dotations françaises tenant compte des particularités belges.
N'oublions pas les 8 258 personnes handicapées françaises accueillies dans les établissements belges ! C'est en substance le message adressé par le Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) des Hauts-de-France dans un « vœu » adopté fin 2023.
Dans ce texte, le Cese alerte les pouvoirs publics « sur la situation particulièrement préoccupante » de ces Français résidant en Belgique et appellent à « ne pas les laisser pour compte »."
Lire l'article du Média social
Lire le voeu du Conseil social et environnemental des Hauts de France

LA PROTECTION DES MINEURS ISOLÉS : QUE PRÉVOIT LE DÉCRET DU 22 DÉCEMBRE 2023 ?

"Cet article commente le décret n° 2023-1240 du 22 décembre 2023 modifiant les modalités de mise à l’abri et d’évaluation des personnes se déclarant mineures et privées de la protection de leur famille et les modalités de versement de la contribution forfaitaire de l’Etat aux dépenses engagées par les départements pour l’évaluation de ces personnes qui a été publié au Journal Officiel du dimanche 24 décembre 2023."
Lire l'article sur Village-justice.com

L'âge élevé des assistants familiaux questionne sur le renouvellement de la profession

"Plus de la moitié des assistants familiaux ont atteint ou dépassé l’âge de 55 ans et un quart a plus de 60 ans. Les enjeux du renouvellement des effectifs de cette profession se posent avec acuité.
En 2021, près de 40 % des jeunes confiés à l’aide sociale à l’enfance (ASE) - soit 74 700 mineurs et jeunes majeurs âgés de moins de 21 ans - étaient accueillis par quelque 38 000 assistants familiaux, indique la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) dans une note publiée le 28 décembre.
9 assistants familiaux sur 10 exerçant en 2021 sont des femmes. Si le métier ne compte que 10 % d'hommes, leur place progresse « peu à peu ». Pour preuve, 20 % des assistants familiaux ayant exercé leur premier emploi dans cette profession en depuis 2017 sont des hommes, contre 6 % en 2004. La plupart des assistants sociaux (87%) vivent en couple. La quasi-totalité (96 %) sont parents d’au moins un enfant : 12 % en ont un seul, 36 % en ont deux et 52 % en ont au moins trois. Dans 45 % des cas, l’assistant familial vit, en plus des enfants qu’il accueille, avec ses enfants ou beaux-enfants.
Lire l'article sur enfancejeunesseinfo.fr

Ecole : «Il faut une équipe éducative soudée pour réduire les agressions»

Pour le chercheur Eric Debarbieux, même si les violences graves sont assez rares, elles peuvent causer un sentiment d’insécurité dans une communauté éducative en crise.
Extrait : "On a cette idée jurassique d’une autorité naturelle, avec ceux qui en auraient, contrairement à d’autres. Le problème, c’est qu’elle se construit de manière collective : c’est l’institution qui doit l’instaurer. Pourquoi ça ne marche pas quand il y a un turn-over trop important ? Parce qu’il faut une entraide collective et une loi commune suffisamment négociée pour que ça fasse autorité dans l’établissement. Or il y a une crise du vivre-ensemble au sein de la communauté éducative. On observe aujourd’hui de vrais problèmes de tensions entre les équipes. Sans compter que les personnels remettent aussi de plus en plus en cause l’autorité de l’institution, et que près de 80 % des personnels indiquent ne pas se sentir respectés par leur hiérarchie."
Lire l'article de Libération


Revue de presse 01 janvier 2024


Bonne Année 2024 !




Politique de la ville : 111 nouveaux quartiers classés prioritaires en 2024

Désormais, tous les départements de France sont concernés, avec 1 362 sites en métropole et quelque 200 dans les territoires d’outre-mer. "Cent onze quartiers rejoindront, le 1er janvier 2024, la liste des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), 40 en sortiront, pour un total de 1 362 sites désormais classés prioritaires en France métropolitaine, selon un décret paru samedi 30 décembre au Journal officiel.
Parmi les QPV déjà existants, 960 voient, par ailleurs, leur périmètre évoluer, 291 demeurent sans modification. Tous les départements de France sont désormais concernés, avec la création d’un QPV à Mende, en Lozère. C’est la première fois, depuis la création de ces quartiers dans la foulée de la loi Lamy, en 2014, que cette liste est mise à jour. Pour les quartiers prioritaires de la politique de la ville dans les territoires d’outre-mer, qui en comptent aujourd’hui plus de 200, la mise à jour aura lieu au cours de l’année 2024, pour une entrée en vigueur en 2025."
Lire l'article du Monde

L’accueil familial à travers la France

"Pour les enfants confiés à l’aide sociale à l’enfance, le placement en "famille d’accueil" demeure le premier mode de prise en charge, puisqu’à la fin 2021, il concerne encore 40 % de ces jeunes. Cependant pour ce public il faudrait plutôt parler d’une "réinstitutionnalisation", à l’échelle nationale, puisque la part des placements en établissement est passée, ces vingt dernières années, de 36 à 39 %. Et il reste que d’un département à l’autre, les familles d’accueil ont des places très disparates. Tandis qu’elles sont minoritaires dans le Bassin parisien, l’Est et le Sud-Est, au point de n’accueillir que 14 % des enfants dans les Bouches-du-Rhône, elles s’avèrent au contraire prépondérantes dans des départements ruraux de l’Ouest et du Sud-Ouest, et plus encore outre-mer - jusqu’à 89 % en Guyane."
Lire l'article du Média social

Loi « immigration » : le texte consacre-t-il la « préférence nationale », prônée par le Rassemblement national ?

"Droit du sol, « préférence nationale », déchéance de nationalité… plusieurs marqueurs d’extrême droite sont présents dans le texte de loi, sans aller aussi loin que ce que prévoit le parti de Marine Le Pen."


Ce que prévoit le nouveau texte de l’Union européenne sur l’immigration

"Le 20 décembre, un accord a été trouvé au niveau européen afin de règlementer la politique migratoire des Etats membres. Celui-ci prévoit notamment un filtrage aux frontières et un recensement des éléments d’identification de la personne immigrée". Un système de « solidarité obligatoire » sera mis en place "lorsque le flux migratoire est trop important. Les Etats disposant de capacités d’accueil plus importants devront soit :
  • Accueillir certains demandeurs d’asile,
  • Soutenir financièrement l’Etat concerné,
  • Soutenir l’Etat concerné via des dons.

Lire l'article des ASH
Plus d'informations sur le site de la Commission européenne

Vivre à l’écart des pauvres

"La France est le pays d’un étonnant paradoxe : les prélèvements obligatoires y sont les plus élevés d’Europe, ce qui limite plus qu’ailleurs les inégalités de revenu. Mais la ségrégation sociospatiale y est particulièrement dynamique. En d’autres termes, le modèle social français préserve (un peu) des inégalités, mais on ne se mélange pas. Cet épisode raconte comment riches et pauvres vivent de plus en plus éloignés.
Guidé notamment par le géographe et politologue Jérôme Fourquet, cet épisode raconte la géographie d’un territoire champion de la ségrégation sociospatiale, le département des Yvelines, "Il y a une quarantaine de kilomètres de communes contigües très riches, plus riches que le 7e, 8e et 16e arrondissement, cette population vit en vase clos et ne rencontre jamais de pauvre."
Ecouter le podcast de LSD
Lirel'étude de l'INSEE sur les degrés de ségrégation spatiale

Alcool, nous avons un problème

A quel moment peut-on considérer qu'on a un problème avec l'alcool ?



Travailleurs handicapés : décryptage de la loi emploi du 18 décembre 2023

"Changement de dénomination pour les Esat, orientation de droit des travailleurs handicapés vers le milieu ordinaire, évolution en matière de RQTH, etc. Les dispositions "handicap" de la loi pour le plein emploi font l'objet d'un décryptage dans notre dernier dossier juridique de l'année.
En matière de handicap, la loi « pour le plein emploi » du 18 décembre 2023 vise à simplifier les démarches administratives des personnes handicapées pour leur faciliter l'accès au travail.
Ainsi, l'orientation des travailleurs handicapés en milieu ordinaire de travail devient de droit. Quant aux orientations en milieu protégé, elles ne sont plus seulement du ressort des commissions des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) mais sont aussi désormais proposées par l'opérateur France Travail, en lien avec les Cap emploi.
D'autres mesures portent sur la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH).
Lire l'article du média social

Le département de l’Ain doit reprendre la prise en charge des mineurs isolés

"Saisi en référé par plusieurs associations, le tribunal administratif de Lyon s’est prononcé mercredi 20 décembre sur la décision d’un département souhaitant arrêter la prise en charge de mineurs non accompagnés (MNA) (...) dans son ordonnance du 20 décembre, le tribunal administratif de Lyon considère qu’il y a lieu de suspendre la décision du département de l’Ain jusqu’à ce qu’il soit statué sur le fond de l’affaire".
Lire l'article des ASH

L'architecture du site est © 2007-2008 Fabrice Fontaine.